Saluts fascistes au cœur de Rome


Une foule en rangs serrés, des cris, des saluts fascistes cadencés : la scène ne vient pas d’un documentaire historique sur la prise de pouvoir de Mussolini en Italie, elle a été filmée le 7 janvier 2024 au cœur de Rome.


Dans la capitale italienne, des milliers de néo-nazis du parti Frères d’Italie se sont rassemblés comme chaque année pour «commémorer» une attaque attribuée aux antifascistes qui avait visé le mouvement néo-fasciste du MSI – Mouvement Social italien – le 7 janvier 1978. Deux militants d’extrême droite avaient été abattus devant le siège du parti.

Rappelons que le Front National de Jean Marie Le Pen a utilisé la flamme tricolore sur le logo du MSI, ce mouvement de nostalgiques de Mussolini.

Hier soir, Fabio Rampelli du parti Frères d’Italie, proche de la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, était présent. Ce député chef du groupe d’extrême droite à la Chambre des députés est aussi vice-président de la Chambre, après la nomination d’un autre élu d’extrême droite Lorenzo Fontana, comme ministre du gouvernement.

Et en France ? Rien de si différent. Sébastien Chenu du Rassemblement National est lui aussi vice-président du Parlement, et s’entend très bien avec la macroniste Yaël Braun-Pivet. Darmanin, ancien de l’Action Française, groupuscule fasciste et royaliste, est aujourd’hui ministre de l’Intérieur, Macron réhabilite Pétain et Maurras… Le 1er décembre dernier, les autorités laissaient se tenir un rassemblement néo-nazi «contre l’insécurité» au cœur de Paris : des saluts fascistes avaient lieu devant le Panthéon. Le même soir, elles interdisaient un débat sur la répression à Lyon, estimant qu’une conférence intitulée «Répression d’État : dissolution, anti-terrorisme» était «susceptible de générer des troubles à l’ordre public». Quelques jours plus tard, avec la «Loi Immigration», les macronistes faisaient entrer dans la loi des pans entiers du programme de Jean-Marie Le Pen.


Il n’y a pas de différence de nature entre Macron et Meloni, et sur certains sujets, l’État français est même plus répressif que l’État italien. Il n’y a rien à attendre du pouvoir pour combattre le fascisme.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

4 réflexions au sujet de « Saluts fascistes au cœur de Rome »

  1. La grande bourgeoisie utilise la violence et le mensonge pour obtenir le pouvoir. Celà c’est passé avec les crises, les guerres, le goulag et tout cela revient aujourd’hui avec le neolibéralisme. La division du peuple permet son écrasement. Toutes les raisons sont là pour aller vers un sursaut populaire, mais les riches utilisent la violence de la politique et la propagande de la machine médiatique pour emmèner le monde dans les idées puantes de l’extrême droite, ce qui leur permet de tuer dans l ‘œuf la naissance d’ une nécessaire révolte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *