«Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent des Kellogg’s !»


Il a osé le dire. Aux Etats-Unis, Gary Pilnick, PDG de Kellogg’s, a déclaré à la télévision qu’il conseillait aux familles de manger des «céréales pour le dîner» si elles souhaitent se nourrir à pas cher, dans un contexte d’inflation alimentaire.


Une déclaration qui a beaucoup fait réagir au pays de la malbouffe. La multinationale qui possède les marques Frosties, Froot Loops ou encore Corn Flakes, compte profiter de l’explosion des prix de la nourriture pour augmenter ses profits : les communicants de la marque ont lancé depuis 2022 une campagne incitant les consommateurs à manger des «céréales pour le dîner».

Surfant sur l’impossibilité de se nourrir sainement pour une part de plus en plus grande de la population, Kellogg’s conseille d’échanger un repas équilibré par des céréales ultra-transformés, bourrés de sucres et de pesticides. Un véritable poison. La firme, créée par un docteur puritain, assume de proposer des mets insipides pour lutter contre la masturbation. Oui, vous avez bien lu, cette multinationale fait volontairement de la bouffe fadasse pour habituer les gens à se priver de plaisirs.

On rappelle qu’aux États-Unis, environ 40% des adultes sont touchés par l’obésité et que les autorités évaluent à 10% la proportion de la population confrontée à l’insécurité alimentaire. Cette malnutrition de masse est un enjeu majeur de santé publique : ce sont des dizaines de millions de personnes qui souffrent, tombent malade ou meurent prématurément. Les industriels, qui font des maxiprofits pour eux-mêmes, coûtent en réalité beaucoup plus à la collectivité qui doit réparer les ravages causés par leurs produits sur la santé publique : en économie, on appelle cela cyniquement des «externalités négatives».

Si la faim a quasiment disparu en Occident, elle est remplacée par une alimentation à deux vitesse : équilibrée, saine et savoureuse pour les riches, et dangereuse pour les pauvres. Cette distinction est tout à fait assumée : pourquoi nourrir correctement les «sans dents» et les «gens qui ne sont rien» ? En réalité, qui peut s’offrir les fameux «5 fruits et légumes frais» quotidiens conseillés par les nutritionnistes ?

Dans le même genre, Macron le millionnaire a osé déclarer il y a quelques jours : «Les smicards préfèrent des abonnements VOD à une alimentation plus saine», des propos rapportés par le journal La Marseillaise et prononcés devant des agriculteurs. Comme si économiser quelques euros permettait d’acheter des produits frais au quotidien, dont les prix ont souvent flambé de 25% en deux ans.

L’aide alimentaire en France concerne 7 millions de personnes et les Restos du Cœur ont annoncé être en grave difficulté face à l’afflux de personne dans le besoin il y a quelques mois. Macron est une variante du PDG de Kellogg’s : après la phrase attribuée à Marie-Antoinette, «Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche», les puissants nous disent : «Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils arrêtent Netflix et mangent des céréales».


Source : https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/face-a-l-inflation-le-pdg-de-kellogg-s-conseille-aux-consommateurs-de-manger-des-cereales-au-diner_AN-202402270831.html

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

2 réflexions au sujet de « «Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent des Kellogg’s !» »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *