Le hold up du siècle


Les aides publiques aux entreprises explosent, la distribution de dividendes aux actionnaires aussi


«On paie trop d’impôts», «où va l’argent public ?» s’étonnent les esprits simples. Les plus stupides dénoncent même «l’assistanat» ou les «fonctionnaires» comme responsables des dépenses.

Rien n’est plus faux. Les taxes et les impôts restent très élevés, alors que les services publics sont en lambeaux, que des patients meurent dans les couloirs des urgences, qu’il n’y a plus de profs devant les élèves dans des centaines de classes, que les gares et bureaux de poste ont fermé dans toutes les petites communes, qu’on retire le peu d’argent qu’il reste aux chômeurs et qu’on rogne massivement sur les retraites… Alors bonne question, où va l’argent public ?


Ce graphique éloquent y répond : dans les poches des patrons.


On voit que depuis les années 1990, il y a une explosion des aides aux entreprises, passées de 40 milliards d’euros par an il y a 30 ans, à plus de 250 milliards par an en 2022. Quasiment 1000% d’augmentation pour les aides publiques au secteur privé, alors que dans le même temps, les salaires ne suivent même pas l’inflation. Vous payez des taxes pour les patrons.

Encore plus fou : la courbe qui montre les dividendes versés augmente au même rythme. En clair, les entreprises n’ont jamais été autant assistées par l’argent public, et en même temps, elle n’ont jamais versé autant de cadeaux à leurs actionnaires parasites.

Pour rappel, le soi-disant déficit des retraites était évalué à 10 milliards d’euros, donc infiniment moins que ces aides aux patrons. Quant à l’assurance chômage, elle est excédentaire, il n’y a aucune raison économique de retirer des droits aux sans-emploi. Il s’agit d’une pure mesure idéologique. S’il y avait des «économies» à réaliser, ce serait bien dans les aides aux entreprises.

Nous assistons ainsi à un transfert gigantesque d’argent de l’État social vers les poches des capitalistes. C’est cela, au fond, le néolibéralisme : l’État tout entier au service du capital : il offre des aides financières pharaoniques aux patrons et met son appareil policier à leur service.


Graphique : Sébastien Tixier à partir des données de l’INSEE.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

3 réflexions au sujet de « Le hold up du siècle »

  1. -Multinationales +gouvernements =Mafia
    -Armée +police =hommes de mains
    Peuples =Otages +victimes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *