Les violences fascistes se multiplient


Tour d’horizon d’attaques d’extrême droite décomplexées qui se multiplient avec la montée du Rassemblement National, et qui ne sont quasiment pas évoquées dans les médias nationaux :


Les violences fascistes se multiplient

Une femme Rom enceinte assassinée

Elle s’appelait Angela Rostas, elle était enceinte de 7 mois. Elle a été assassinée par un raciste : un chasseur qui s’amusait à tirer sur des caravanes de Rom, et qui l’a abattue devant sa famille. C’était en Haute-Savoie, sur la commune de Chenex, le 22 février dernier.

C’est à l’heure du dîner, sur le seuil de sa caravane, qu’elle a reçu une balle dans l’abdomen, sous les yeux de ses deux enfants. La veille, d’autres tirs en direction de gens du voyage stationnés sur une aire d’accueil non loin, au village de Viry avaient été signalés, sans faire de blessés. Mais ce soir là, Angela, qui vivait depuis un an avec son mari et ses deux filles sur ce terrain, est sortie de son habitation et a été abattue.

Il a fallu plusieurs mois pour retrouver les tireurs. Le 4 juin, des arrestations ont eu lieu : des «individus originaires de Haute-Savoie qui avaient vraisemblablement participé à d’autres faits» sur «plusieurs caravanes situées sur l’aire d’accueil des gens du voyage dans lesquelles se trouvaient plusieurs familles» qui ont «été touchées par des tirs d’arme à feu» ont été arrêtés explique la justice.

Deux chasseurs habitant dans des villages voisins ont été écroués et mis en examen pour meurtre à caractère raciste. En garde à vue, l’un a reconnu le tir, l’autre a avoué d’autres attaques, et a expliqué avoir déposé son complice et être revenue le chercher après l’assassinat.

Une femme et son bébé sont morts, à cause de chasseurs remplis de haine. À cause du racisme déversé quotidiennement contre les tziganes dans les médias. À cause du sentiment d’impunité généralisé de l’extrême droite. Dans une indifférence glaçante.

«Vivement dans trois semaines, on pourra casser du PD»

C’était dimanche 9 juin au soir, à Paris. Le Rassemblement National venait de faire le plus gros score de son histoire aux élections Européennes. Une bande de néo-nazis, ivres de ce triomphe électoral et de l’annonce de dissolution de l’Assemblée, étaient descendus pour frapper.

Quatre d’entre eux ont été arrêtés après un tabassage en raison de l’orientation sexuelle, près du jardin du Luxembourg. Vers 2H du matin, armés d’un bâton et d’une ceinture, le commando a frappé et insulté la victime, âgée de 19 ans, croisée au hasard, qui rentrait chez elle, en hurlant des propos homophobes et transphobes. Un peu plus tôt, ils avaient bloqué le passage à une jeune femme en lui disant : «Gare ton vélo salope !»

Les agresseurs sont membres du GUD et du Rassemblement National. Ces jeunes bourgeois fascistes se nomment Briac F.d.C. et Louis G., ou encore Halvard K. et Gabriel Lousteau. Ce dernier est le leader du GUD Paris et le fils d’un cadre du RN, Axel Lousteau, proche de Marine Le Pen. Tout ce petit monde était présent à la manifestation néo-nazie organisée chaque année en mai, à Paris, et protégée par les autorités.

Signe de leur sentiment de toute puissance et d’impunité, ils ont revendiqué leur engagement militant en garde à vue, et l’un d’entre eux a même déclaré aux policiers : «vivement dans trois semaines, on pourra casser du PD autant qu’on veut». Dans trois semaines, quand Macron aura livré la France aux fascistes, espèrent-ils.

Attaque fasciste contre un concert

Il était 21h30, samedi 15 juin 2024 à Angers. Une guinguette passait de la musique, sur la scène du Héron carré, situé à l’entrée d’un parc de la ville. L’ambiance festive bascule soudainement lorsqu’un commando de néo-nazis débarque armé devant cet établissement qui organise des concerts gratuits chaque été. Ils sont une dizaine, équipés de gazeuses et de ceintures, et le visage masqué. Au moins une personne est alors tabassée au hasard.

Lorsque la police arrive, les nazis sont déjà partis, mais les forces de l’ordre menacent les clients présents, et arrêtent une personne qui partait à la recherche des agresseurs fascistes !

Précisons que cette attaque fait suite à la manifestation antifasciste qui avait eu lieu le même jour à Angers, et peu après un apéro organisé par le Front Populaire. Un des néo-nazis, le seul qui avait le visage à découvert, a été identifié : il se nomme Côme Jullien de Pommerol.

À Angers, l’extrême droite bénéficie d’une protection assumée de la justice et de la police. Le 30 juin 2023, un commando néo-nazi armé de matraques, de barres en fer, de battes de base-ball et de gazeuses avait déjà attaqué une marche en hommage à Nahel. Des vidéos avaient montré toute la scène, dévoilant les membres du commando agissant à visage découvert. Il y avait déjà Côme Jullien de Pommerol, et ses camarades appartenant à un groupe dissout nommé l’Alvarium.

Tout ce petit monde issu de bonnes familles angevines, avait été relaxé au mois d’août par la justice, malgré des faits et des preuves accablantes qui auraient envoyé le moindre manifestant pour de longs mois derrière les barreaux. Puisque l’État couvre les nazis à Angers, pourquoi s’arrêteraient-ils ?

Lyon : “On est nazis putain”

Vendredi 14 juin à Lyon, après une manifestation contre l’extrême droite, une cinquantaine de néo-nazis a arpenté les rues de la vieille ville en commettant des agressions racistes. Plusieurs vidéos montrent leur cortège hurlant : «On est nazi putain !» «Islam hors d’Europe» ou «La France est à nous».

Dans cette ville, l’extrême droite dispose de plusieurs locaux ayant pignon sur rue, notamment une salle d’entraînement, et multiplie les attaques, y compris au couteau, dans une impunité sidérante. Encore plus fou, les autorités lyonnaises ont préféré dissoudre un collectif antifasciste, le Groupe Antifasciste Lyon et Environ, plutôt que fermer ces locaux, d’où partent depuis des années des attaques sanglantes.

Samedi 11 novembre à Lyon, une milice armée d’une cinquantaine de néo-nazis avait déjà lancé un assaut contre une conférence pour la Palestine à coups de battes de barres de fer, de bâtons et d’engins incendiaires. La police, arrivée sur les lieux, avait arrêté des militants de gauche qui assistaient à cette conférence, mais aucun néo-nazi !

300 nazis dans la Meuse

Le 15 juin, plus de 300 néo-nazis ont participé à un tournoi de MMA organisé par un réseau nommé Hammerskin, en partenariat avec le groupe nazi Blood & Honour. C’était dans la commune de Combres-sous-les-Côtes dans la Meuse.

Selon le média Manif Est : «malgré la présence d’individus bien connus des renseignements territoriaux et l’exhibition publique de symboles nazis illégaux, l’intervention de la gendarmerie locale en fin d’après-midi fut de courte durée : les agents des forces de l’ordre ont quitté le rassemblement fasciste “privé” après quelques échanges courtois avec les organisateurs.»

Le média local diffuse des images, preuves à l’appui, et ajoute : «Un événement d’une telle ampleur et sous l’œil bienveillant des autorités montre que l’acceptation de dangereux néo-nazis qui récoltent de l’argent sur le sol français ne semble pas déranger», s’exclame une habitante qui veut rester anonyme. «Il s’agit d’une manifestation effrayante et qui questionne sur le “barrage à l’extrême droite” que prétend incarner le gouvernement.» La sécurité intérieure n’est pas intervenue au cours de la soirée, bien que contactée à plusieurs reprises par des habitant.es et locales/locaux.»

Ailleurs

Entre autres actes d’extrême droite, un tag effroyable retrouvé sur la maison d’un habitant d’origine maghrébine, le 5 juin dernier, dans un village dont l’emplacement n’a pas été révélé : «les arabes au four crématoire». Une inscription d’une violence inouïe, condamnée par le Conseil français du culte musulman (CFCM) et un appel au meurtre génocidaire, insultant au passage la mémoire des victimes juives du nazisme. D’autres tags racistes ont visé des mosquées ces dernières semaines. Et la liste n’est pas exhaustive.


Vous n’avez pas entendu parlé de ces agressions dans les médias, qui d’habitude montent en épingle le moindre fait divers pour créer de l’anxiété ? C’est normal, les médias nationaux préfèrent diffamer la gauche toute la journée, et passer sous silence les événements qui pourraient montrer le vrai visage du Rassemblement national et de ses soutiens. Et plus largement tout ce qui pourrait empêcher la prise de pouvoir des fascistes en France. Alors faites le savoir autour de vous.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.
https://manif-est.info/Grand-tournoi-de-MMA-organise-par-des-reseaux-neo-nazis-en-Meuse-2930.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *