Le RN abandonne tout, sauf le racisme et l’autoritarisme


Le programme du RN : un enrichissement des 10% les plus riches au détriment des 30% les plus pauvres et du racisme


Jordan Bardella, qui revient sur toutes les promesses "sociales" du RN

Au cours de l’Histoire, le fascisme n’a jamais vraiment eu de programme précis : sa stratégie est de promettre tout et n’importe quoi pour accéder au pouvoir, puis instaurer un régime autoritaire, brutal et raciste. Par exemple, le Front National des années 1980 et 1990 – celui de Jean-Marie Le Pen – avait un programme ultra-libéral inspiré de la droite des États-Unis. Depuis 10 ans, le RN prétend avoir un programme «social». C’est tout à fait secondaire, les «promesses sociales» du RN tombent les unes après les autres ces derniers jours :

  • L’annulation de la réforme des retraites, rejetée par 9 travailleurs sur 10 ? Abandonnée.
  • La suppression de la TVA sur les produits de première nécessité ? Abandonnée. C’était pourtant l’une des promesses phares de Bardella, qui a reconnu le 17 juin que cela «se fera[it] dans un second temps», sans plus de précision.
  • Sortir les prix de l’énergie du marché européen, ce qui devait permettre d’arrêter la flambée des factures ? Abandonné. Le RN n’a aucune intention de freiner la spéculation capitaliste sur l’électricité à l’échelle européenne.
  • L’exonération d’impôt sur le revenu pour les jeunes de moins de 30 ans ? Abandonnée.

Il ne faut rien connaître à l’extrême droite pour croire qu’elle améliorera les conditions des plus démuni-es. Les économistes Elvire Guillaud et Raul Sampognaro ont calculé les conséquences du programme du RN sur le niveau de vie des Français. Le résultat ? Un enrichissement des 10% les plus riches au détriment des 30% les plus pauvres, selon le sérieux magazine Alternatives Économiques.

L’histoire prouve que le fascisme a toujours été au service du patronat : il s’agit d’un régime dictatorial qui garantit les privilèges des riches et déploie toute sa violence contre les minorités religieuses, ethniques, politiques ou sexuelles. D’ailleurs, l’alliance du RN avec Eric Ciotti, la branche la plus ultra-libérale de LR, et les rencontres régulières entre la direction du RN et le grand patronat ces dernières semaines le prouvent.

En revanche, le RN va tenir les promesses essentielles de son programme : «Je ferai du rétablissement de l’autorité et de l’ordre sur chaque mètre carré du territoire la priorité de mon action, et j’y consacrerai toute mon énergie» promet Bardella, qui appelle aussi à «dissoudre toutes les organisations d’ultra-gauche». Sachant que l’ultra-gauche va, selon l’extrême droite, jusqu’à la France Insoumise et Attac. Jean-Philippe Tanguy du RN annonce aussi vouloir «mettre hors d’état de nuire» les manifestations.


Le vote RN n’est donc qu’un vote raciste et autoritaire, et rien d’autre. Le prétexte d’un prétendu «vote de protestation» pour un parti qui défendrait les «petits» et les «exclus» est un mensonge complet.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Le RN abandonne tout, sauf le racisme et l’autoritarisme »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *