Drag Queen Amann : le show drag politique


Siamo tutti antifascisti : paillettes et antifas


Les Jeux de Bretagne sont une compétition sportive, culturelle et populaire réunissant les 5 départements bretons, et elle a lieu à Nantes actuellement. L’événement valorise les sports traditionnels bretons tout en s’ouvrant aux sports ordinaires, au handisport ou à des inventions modernes, du gourenn (lutte bretonne) au basket-bol (lancer des bols invendables de La faïencerie de Pornic).

La musique et la culture sous des formes tant traditionnelles que modernes font aussi partie de ces jeux gratuits et festifs. C’est dans ce cadre que ce sont déroulés hier soir et pour la deuxième année consécutive, le Drag Queen Amann, drag show et concours permettant d’élire la drag superstar made in BZH.

La scène, posée au pied du château des Ducs de Bretagne, a vu passer des prestations charmantes (Shigella Ivy pour le 44), touchantes (Athéna Brest pour le 29), poétiques (Suzy pour le 56) et politiques de la part des 5 artistes présentant les 5 départements. Soleil, drag queer performant à Rennes mais représentant les Côtes d’Armor pour le show, a offert une performance incroyable sur la marée noire de l’Amoco Cadiz, qui a enflammée le public.

Mais c’est bien la prestation antifasciste de Marie-Babette qui a mis le feu : le public déchaîné devant l’éclatage en règle d’un mannequin estampillé RN a fini la soirée en “tapant” un siamo tutti antifascisti ! Vajinette, gagnante du Show 2023, comblée précisant qu’on a “le public qu’on mérite”. Et la couronne est donc passée à Marie-Babette sous un tonnerre d’applaudissements et de poings levés.

Depuis toujours le drag est politique et les co-host de la soirée, Edmond Ladorée et Miss Volvic, n’ont pas hésité à rappeler l’histoire des mouvements Queer au cours de la soirée, rappelant aussi l’importance des luttes intersectionnelles et du monde du spectacle. Dans les heures brunes que nous vivons, de telles envolées font chauds au cœur, les artistes, intermittents, personnes queer, racisées, sont les premières à se prendre de plein fouet la violence des politiques fascistes. La résistance est culturelle autant qu’elle est politique, l’ironie et l’acidité des drag shows sera essentielle dans les temps à venir.


Tout comme les t-shirt noirs et rouges disent “support your local antifa”, il faut ajouter aujourd’hui, plus que jamais, “support your local drag artist”.


Photos : Oli Mouazan, @jeuxdebretagne_off et @drag_queen_amann

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *