Deuxième soirée réussie pour la semaine de résistances


Ce soir, débat avec les Kurdes de Nantes


Encore une salle comble hier, à la Maison des Citoyens du Monde, pour une discussion sur les espoirs et désillusions de la gauche au pouvoir. Plus de cent personnes ont assisté aux échanges.

Après une mise en contexte historique suivie du témoignage précis d’un militant syndicaliste catalan sur les revirements de la gauche radicale à Madrid et Barcelone, le débat s’est poursuivi pendant près de deux heures. Il a été question du pouvoir de neutralisation des luttes par la gauche lorsqu’elle arrive au pouvoir, des expérimentations locales en dehors des logiques de conquêtes du pouvoir, de questions tactiques, d’hégémonie culturelle aujourd’hui très à droite, mais aussi de la situation qui nous occupe en France, avec un PS en état de décomposition, qui tente de ressusciter grâce à l’artefact Hamon.

Comment faire vivre nos luttes dans le contexte particulier de cette campagne présidentielle hautement volatile, dans une situation de discrédit général de la classe politique avec l’état d’urgence en toile de fond ? Comment réussir à créer des liens transversaux entre les différentes forces qui se sont mises en mouvement durant le quinquennat socialiste ? Les Nuit Debout n’ont pas donné lieu à un mouvement électoraliste comme en Espagne et en Grèce, la force de proposition des occupations de Places reste une des hypothèses à laquelle on peut songer pour les semaines et mois à venir.

Ce soir ça continue ! Rendez-vous au Centre Culturel Kurde de Nantes, à La Rabotière, à Saint-Herblain. Un fléchage sera réalisé à partir de l’arrêt de tram Bellevue.

On vous attend nombreux et nombreuses pour échanger avec nos camarades Kurdes sur le thème : “déjouer l’état d’urgence, lutter contre l’état d’exception, regards croisés entre la Turquie et la France”.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.