31 mars 2016 à Nantes : un an après

Presque tous les lycées et la fac bloqués. Un hôtel de luxe repeint en vert. Un départ de feu dans la mairie. Un engin de chantier démarré par des lycéens en plein cœur de la métropole. Des tags et de la peinture sur les murs et les banques. Du gaz, un hélicoptère. Des barricades par dizaines, du Château à la Préfecture, de la tour LU à l’ile de Nantes. Des cortèges qui occupent les rues avant pendant et après le grand défilé unitaire. La ville est hors de contrôle.

Cela fait exactement un an qu’a eu lieu la grande journée de lutte du 31 mars. 1 million de personnes dans les rues en France. 40 000 à Nantes. Une journée qui reste gravée dans les mémoires.

Avec des affrontements qui démarrent au petit matin et finissent au milieu de la nuit du 1er avril, la lutte bat ici plus fort que nulle part ailleurs ce jour là. C’est aussi le 31 mars que sur la place du Bouffay commence une occupation qui va durer des semaines.

Depuis, nous avons connu des échecs, mais aussi beaucoup d’autres journées mémorables, des rencontres, des jours de fêtes. La force immense qui s’est exprimée le 31 mars dernier dans les rues de Nantes se redéploiera sans aucun doute entre les deux tours de la présidentielle. D’ici là, entretenons la flamme.

Rétrospective en images sur le 31 mars nantais.


Le récit complet publié à l’époque :

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don