Chaviré, Nantes, la métropole et ses ennemis


Chronique musicale estivale : le nouvel album situationniste du groupe nantais Chaviré


Au-delà d’avoir sorti un album qui ravira les fans du genre, les habitants de la capitale du monde d’après l’accompagnent d’un recueil de huit textes s’enchainant parfaitement ; le tout soutenu par des riffs mélodiques aux progressions nostalgiques qui n’en donnent pas moins l’envie de brûler des Porsche devant une Préfecture de Police.

[…]

Très logiquement, l’aménagement du Bouffay continue d’être évoqué dans « Le voyage forme La Jeunesse ». Les villes-musées momifient la perception et enserrent l’ennui dans une errance marchande que les industries culturelles manipulent : « Quand l’art investit la ville, c’est toujours à grands coups de capitaux, dans des métropoles de pacotille où tout ce qui brille ne fait pas de cadeaux ».

[…]

Non, Chaviré le rappelle, il suffit de se promener – faisant ici référence à une bande dessinée situationniste. Dans « Tous les chevaux du roi », Chaviré rappelle que l’on a oublié la fête, que même dans nos luttes on passe notre temps à commémorer nos défaites. Référence à René Char à l’appui et non sans rappeler des textes de Nantes Révoltée, on nous enjoint à agir en primitif et prévoir en stratège afin d’éviter, comme toujours l’éternel retour de la lutte du « Nous contre Nous » qui refait surface à chaque période de reflux.

[…]

La question que soulève ce disque, c’est finalement de savoir si Chaviré aurait pu exister ailleurs, dans d’autres métropoles. La réponse est, je pense, négative. Car si l’espace est produit par l’homme et non l’inverse, reste que l’histoire de cette ville tient les Nantais à leurs murs autant qu’à l’insurrection. »

https://lundi.am/Chavire-Nantes-la-metropole-et-ses-ennemis

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.