Mad Marx : la websérie nantaise qui décoiffe


Autonomie et apocalypse


Romane sort d’un concert, qui se déroulait très certainement dans un squat, neutralise avec une gazeuse ce qu’on devine être un bacqueux ou un policier en civil, pour s’engouffrer dans sa voiture et partir à toute vitesse.

C’est une scène, agréable, du premier épisode de Mad Marx, une web-série nantaise auto-produite par une bande d’amis depuis 3 ans et qui vient de sortir en 4 épisodes sur Youtube. Sur un pitch conventionnel – Romane, après neuf longues années de prison, découvre que le monde extérieur a vécu l’apocalypse et va devoir se débrouiller au sein de ce nouvel univers – la série propose une rencontre entre révolution et post-apocalypse, métal, road-trip et contemplation.

La prise de partie de la série est que les catastrophes qui ont provoqué la chute de notre civilisation ont une origine bien humaine et pas naturelle. Le capitalisme. C’est dans les débris d’usines et de terrains vagues qu’errent des zombies allergiques à l’Internationale, une société féodale, des soldats d’un puissant état en reconstruction et un vieux révolutionnaire en fauteuil roulant : Mad Marx.

Auto-production ne rime pas avec amateurisme. Toute la puissance de la série réside dans le déploiement d’un imaginaire révolutionnaire assumé mêlé à des choix artistiques poussés et aboutis. Le duo Romane-Marx fonctionne très bien et porte autant l’histoire que la réalisation, les décors, les effets spéciaux et la réalisation artistique. Il nous faut ici saluer une œuvre qui même au fond du gouffre, propose une autre fin du monde que celle que veulent pour nous les capitalistes et gouvernants. Un monde en rouge et noir.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.