DE RUGY DÉMISSIONNE : ET APRÈS ?

Indécence, victimisation. Et retour à Nantes ?

Il s’est empiffré avec l’argent public, dans des orgies décadentes avec ses amis journalistes et lobbyistes. Il a acheté un sèche cheveux en or et s’est offert trois chauffeurs au frais de l’État. Il a fraudé le fisc et bénéficié d’un logement à vocation sociale. Il utilisait une voiture de fonction pour ses sorties en weekend à Nantes. Le sinistre Le ministre de l’écologie qui applaudissait les violences policières contre les écologistes démissionne. Enfin. Quelques remarques :

DE RUGY, ET APRÈS ?

D’accord, le ministre de l’écologie sort du gouvernement. Mais tous les autres y restent ! Castaner, le ministre de l’intérieur aux mains couvertes de sang reste en place. La ministre de la Justice Belloubet qui a fait arrêter et enfermer des milliers d’opposants sans aucun motif aussi. Les vies de Zineb, de Steve, et des dizaines de mutilés à tout jamais valent-elles moins qu’un homard ?

AUCUNE EXCUSE.

De Rugy ne regrette rien. Ni ses mensonges, ni le détournement d’argent public pour ses festins, ni les trahisons à répétition. Non : il joue la carte de la victimisation. Il démissionne car il prétend être « attaqué » sur la « base de photos volées, de ragots, d’approximations ». Il s’agit pourtant d’enquêtes de qualité , documentées, menées par l’un des derniers médias qui tient encore la route dans ce pays. L’ex ministre ajoute qu’il est victime d’une « volonté de nuire, de salir, de démolir ». Et ose même le mot « lynchage ». Les milliers de manifestants, Gilets Jaunes, lycéens ou écologistes qui ont été réellement tabassés, mutilés, emprisonnés ces derniers mois, apprécieront le sens de la mesure du ministre. Du reste, pas un mot sur les fortes sommes qu’il doit rembourser. L’indécence, jusqu’au bout.

UN MINISTRE RECYCLABLE ET ANTI-ÉCOLO.

De Rugy était déjà un ministre de troisième choix. Une solution de remplacement. Une langoustine avariée qu’on sert faute de mieux. Il avait été propulsé au gouvernement après la démission du vendeur de shampoing Nicolas Hulot, écœuré par l’hypocrisie de Macron sur l’écologie. Qu’a-t-il fait en 11 mois ? Rien. Le permafrost de l’Arctique fond 70 ans plus tôt que prévu. Un million d’espèce sont en train de disparaître. Le monde traverse un été caniculaire. La moitié de la France connaît déjà l’une des pires sécheresses de son histoire. Au ministère de l’écologie, De Rugy aura soutenu les chasseurs, prolongé la durée d’emploi du glyphosate et entamé la privatisation des forêts. Un ministre écologiste qui accompagne la fin du monde se gavant de produits de luxe.

RETOUR À NANTES ?

« La loi prévoit qu’un membre du gouvernement démis ou démissionnaire redevient député un mois après la nomination de son successeur » écrit un quotidien nantais. François de Rugy devrait donc rapidement réintégrer son poste d’élu. C’est à dire revenir à Nantes en tant que député de Loire-Atlantique. Et peut-être même comme candidat à la mairie l’an prochain. Comme si les nantais, déjà éprouvés par une actualité difficile, avaient besoin d’une calamité supplémentaire ! La population saura sans doute accueillir le retour marquis comme il se doit. C’est à dire en lui demandant sans relâche où est passé Steve, ce jeune nantais disparu à cause de la police du Régime. Et avec moult crustacés et autres fruits de mers !