G7 : trois jeunes allemands incarcérés pour rien, leurs familles appellent à l’aide


“S’il vous plaît, aidez-nous, les parents des trois disparus”


Nous vous parlions de cette affaire hallucinante et terrifiante peu avant le début du G7 de Biarritz. Trois jeunes allemands jetés en prison pour l’exemple. Pour rien. Contrôlés près de Biarritz quelques jours avant le sommet, ces trois jeunes âgés de 18 à 22 ans étaient condamnés à de la prison ferme sans motif. Sans avoir rien commis. Sans aucun casier judiciaire. Juste le tort d’avoir été contrôlés pas loin de Biarritz, peu avant un G7. Et d’être fichés comme «militants».

Le seul élément matériel retenu contre eux par la justice est d’avoir été attrapé avec de la « littérature gauchiste» dans leur voiture. Un scénario digne d’une dystopie !

Leur incarcération a lieu le vendredi 23 août. En comparution immédiate, face à des juges expéditifs, pour «groupement en vue de commettre» un délit. Un délit prédictif, qui permet de sanctionner des faits qui n’existent pas.

Depuis, ces trois allemands sont toujours en prison, et l’affaire est de plus en plus vertigineuse. Ils ont été isolés, et n’ont même pas pu contacter leurs proches, ni être défendus.

À présent, les parents de ces jeunes lancent un appel au secours, pour leurs enfants «disparus». Sans nouvelles de leurs enfants, elles ont d’abord eu peur d’un accident de la route. Elles viennent d’écrire une lettre ouverte en expliquant ce qu’il s’était réellement passé. Les trois jeunes faisaient partie d’un groupe de 10 amis qui partaient en plusieurs voitures pour passer des vacances de camping sur la côte basque en Espagne. Arrivés sur les lieux de vacances, les amis qui les attendaient n’ont eu aucune nouvelle. Pour cause, les trois copains étaient dans les cellules de la République française.

Suite au jugement, les trois jeunes ont immédiatement été séparés et incarcérés dans trois prisons différentes sans qu’on ne les autorise d’en informer leurs parents. L’Ambassade allemande à Paris, contactée par les parents, a menti. Elle a déclaré que les trois «ne souhaitaient pas de contact». Mais vu l’énormité de cette déclaration, elle a, selon ses dires, finalement essayé de les contacter, en vain. Interpellé par les parents, un député allemand a de son côté essayé d’établir un contact, mais les autorités françaises lui ont signifié que ceci n’était possible que par voie postale et que le traitement d’une telle requête allait prendre au minimum trois semaines.

Seul le plus jeune des trois a été autorisé à écrire une lettre à ses parents. Aucun contact téléphonique n’a été autorisé. Enfermés dans des prisons françaises, ils ne parlent pas un mot de français, et n’ont aucun soutien à proximité. Tous les droits de ces jeunes allemands ont été piétinés. Voici comment leurs parents concluent leur courrier :

«La date limite pour s’opposer à cet absurde jugement expirait le lundi 2 septembre 2019 et nous n’avons eu aucun moyen de fournir une assistance juridique à nos enfants car nous n’avons pas de contact et les autorités françaises ne coopèrent pas. S’il vous plaît, aidez-nous, les parents des trois disparus».

En prison pour des livres contestataires. Un relent digne de l’ancien régime d’Allemagne de l’Est.


Cette affaire est un scandale d’état national, et même international. Pourquoi n’en parle-t-on pas plus ?


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.