🔥 LUCIDE, LE GOUVERNEMENT CRAINT DÉJÀ LA RÉVOLTE LORS DU DÉCONFINEMENT

Les médias Nantes Révoltée et Rouen dans la Rue accusés dans la presse

Dans un Ă©clair de luciditĂ©, « les agents du service central du renseignement territorial », autrement dit, la police politique du gouvernement, craignent un « embrasement après le confinement ». C’est un article du journal Le Parisien qui l’affirme. Il a fallu trois semaines aux enquĂŞteurs pour en arriver Ă  cette conclusion. Et des heures Ă  glander devant des pages Facebook pour se faire peur.

Selon les « notes confidentielles » pourtant diffusĂ©es dans la presse, « des groupuscules de la mouvance autonome — tels « Nantes RĂ©voltĂ©e» ou « Rouen dans la rue » — exploitent l’exaspĂ©ration du monde mĂ©dical face Ă  la pĂ©nurie de masques et de matĂ©riel de protection ».

Puisque notre mĂ©dia et nos collègues de Rouen sont encore une fois citĂ©s par la presse aux ordres sans mĂŞme avoir Ă©tĂ© contactĂ©s, nous tenons Ă  rappeler que la population n’a absolument pas eu besoin de nos publications pour se rendre compte de l’Ă©tendue de l’incurie de ce gouvernement criminel. Les gens ne sont ni aveugles, ni stupides.

Le reste des « rĂ©vĂ©lations » de la police dans cet article est sur le mĂŞme ton. Les lieux communs habituels de la presse de prĂ©fecture, obsĂ©dĂ©e par « la mouvement autonome » et « radicale ». Pourtant la colère ne se limite pas Ă  quelques mĂ©dias indĂ©pendants : elle traverse tout le pays. Chaque jour qui passe charrie son lot de scandales, de mensonges d’État, de vies sacrifiĂ©es par les logiques comptables. L’arrogance des puissants par temps de catastrophe sanitaire fait bouillir de très nombreux confinĂ©s.

Les agents du renseignement dĂ©noncent aussi une vidĂ©o parue sur internet expliquant que « pour certains, la police est un plus grand danger que le virus ». L’auteur de cette vidĂ©o nous prĂ©cise que cette phrase n’est pas du tout une envolĂ©e « radicale » : elle est tirĂ©e de la presse classique, Ă©voquant la situation en Afrique du Sud !

Pour finir, la police s’inquiète « des rapprochements » qui ont « Ă©tĂ© observĂ©s entre Gilets jaunes radicalisĂ©s et cheminots irrĂ©ductibles ». Une formulation ronflante qui fait penser au super-vilains d’un film hollywoodien. Brave gens, ayez peur.

En résumé, les services du gouvernement :

đź”´ Sont incapables de trouver des masques et des tests

đź”´ Paniquent face Ă  des pages Facebook

🔴 Communiquent à la presse des « notes secrètes » visant à faire peur

đź”´ Inventent des intentions pour criminaliser la contestation

Cet article dĂ©montre que le pouvoir craint d’avantage le dĂ©confinement que la crise sanitaire. Avec des dirigeants pareils, on risque de ne pas ĂŞtre dĂ©confinĂ©s avant le mois de juillet !


L’article du Parisien :

Relisez l’article du Point (fĂ©vrier 2020), un autre bijou journalistique :