Novlangue répressive


Cette semaine, des lycéens se sont mobilisés dans toute la France, et en particulier à Nantes et alentours, pour réclamer des conditions sanitaires normales dans les établissements. Comme seule réponse : une grave répression. Le traitement médiatique a été au pire inexistant, au mieux calamiteux.


Vous aussi apprenez à parler la langue du journalisme :

  • Ne dites plus «mouvement lycéen légitime» mais «grogne».
  • Ne dites plus «les forces de l’ordre tirent des grenades et des balles en caoutchouc sur des adolescents» mais «la police a dû intervenir pour calmer les esprits».

Ce sont ces petits choix sémantiques apparemment anodins, ces traitements orientés, ces mensonges parfois, mis bout à bout tous les jours dans la plupart des médias qui façonnent progressivement un Régime autoritaire.

Vu dans Presse Océan ce dimanche 8 novembre.


Sur le mouvement lycéen en cours :

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.