🔴 PRÉCARITÉ, SERVICES PUBLICS : MOBILISATIONS JEUDI 4 FÉVRIER

➡️ À NANTES : Rendez vous à 10h30 croisée des trams.

➡️ Ă€ SAINT-NAZAIRE : Ă  10h30, place de l’AmĂ©rique Latine.

CommuniquĂ© de l’intersyndicale :

« Le plan de relance affichĂ© par le gouvernement n’est en rien un plan de rupture avec les politiques de casse de l’emploi, de pression sur les salaires et sur les conditions de travail et d’affaiblissement de la protection sociale. Il plonge une grande partie de la population et notamment la jeunesse dans la prĂ©caritĂ© et la pauvretĂ©. Par contre, les gagnants sont bien toujours les mĂŞmes et ainsi les entreprises les moins touchĂ©es par la crise seront celles qui bĂ©nĂ©ficieront le plus des baisses d’impĂ´t.

Ce constat impose de contrôler et de conditionner socialement et écologiquement les aides publiques. Il faut un véritable plan de relance combinant investissement public massif et soutien des revenus des plus fragilisés ou précaires.
Rien pour les petits salaires, la ministre du Travail annonce, presque comme une provocation, une revalorisation du SMIC en dessous d’1% pour 2021.Ce qui fera passer le taux horaire de 10,15 Ă  10,25 €.

Rien non plus pour les 1ers de corvée, exposés depuis le début de la pandémie, toutes et tous devront attendre une hypothétique négociation dans leurs secteurs professionnels fin 2021.
Rien pour les soignants qui dĂ©noncent un plan SĂ©gur au rabais et beaucoup de professionnels oubliĂ©s. Rien pour l’ensemble des fonctionnaires dont le point d’indice reste gelĂ©.

Rien pour les personnels de l’Ă©ducation nationale alors que le simulacre de concertation autour d’un Grenelle de l’Ă©ducation dĂ©sertĂ© par une majoritĂ© d’organisations syndicales est au point mort.
Les chiffres sont clairs :47% des jeunes s’inquiètent pour leur emploi le taux de chĂ´mage des jeunes a dĂ©passĂ© les 20%. Le second confinement les a fait plonger dans l’extrĂŞme prĂ©caritĂ©. Nombre d’entre elles et eux ne mangent pas Ă  leur faim. A cela s’ajoute la difficultĂ© de suivre les cours Ă  distance, la peur de l’Ă©chec et une dĂ©tresse psychologique forte. Avec ses mesures insuffisantes, restrictives et incohĂ©rentes, le gouvernement sacrifie toute une gĂ©nĂ©ration !

Pas une journĂ©e ne se passe sans une nouvelle annonce de plan de suppressions d’emplois, de fermetures d’entreprises ou restructurations et rĂ©ductions de services.

Les rĂ©formes successives, contestĂ©es fortement, facilitent les licenciements et les suppressions de postes dans le privĂ© comme dans le public. LĂ  encore, ni plan de relance, ni plan de rupture mais la poursuite du mĂŞme objectif libĂ©ral de casse de l’appareil productif et des services publics.

Nous affirmons, au contraire, que la rĂ©ponse aux besoins de toute la population, l’avenir de la jeunesse et la rĂ©ussite de la transition Ă©cologique imposent la crĂ©ation de millions d’emplois. Cela passe aussi par le partage et la rĂ©duction du temps de travail.
Être en capacité de produire des médicaments, du matériel médical et de protection après la période que nous traversons ne peut plus faire débat.

Les organisations appellent, dans une dynamique de convergences et de renforcement des luttes, à un temps fort commun interprofessionnel de mobilisations et de grève le 4 février 2021. »

À NANTES : à 10h30, croisée des trams.

Ă€ SAINT-NAZAIRE : Ă  10h30, place de l’AmĂ©rique Latine.