đź“š LIRE SUR LA COMMUNE DE PARIS

150 ans après, une petite sĂ©lection de livres Ă  dĂ©couvrir pour plonger en profondeur dans l’expĂ©rience autogestionnaire sans pareil que fut la Commune de Paris, ses avancĂ©es sociales, ses protagonistes, ses espoirs, ses combats, ses drames, sa rĂ©pression sans commune mesure dans l’histoire française :

➡️ « Souvenirs d’une morte vivante », Victorine Brocher : Une femme du peuple, une parisienne, qui vécut intensément 2 révolutions, celle de 1848 et celle de la Commune, en 1871. Rescapée de l’abominable répression de la Semaine Sanglante grâce à un concours de circonstances – les versaillais ayant fusillé une femme lui ressemblant, d’où l’origine du titre de l’ouvrage –, tour à tour cantinière, ambulancière d’un bataillon de fédérés, toujours aux avant-postes, ses mémoires ne sont pas seulement celles de la lutte courageuse d’une femme dans les tourments de la guerre, mais, à travers elle, celle de tout un peuple héroïque insurgé pour la liberté et contre toutes les trahisons de la bourgeoisie.

➡️ « La Commune », Louise Michel : cette institutrice rĂ©volutionnaire infatigable a terminĂ© la rĂ©daction de ses souvenirs 27 ans après sa dĂ©portation en Nouvelle-CalĂ©donie par l’Etat français en reprĂ©sailles de la Commune. La prĂ©cision et la richesse de son rĂ©cit font de ce livre un incontournable sur le soulèvement de 1871.

➡️ « Eugène Varlin, ouvrier relieur » – Figure de proue de la Commune, anti-autoritaire, internationaliste, membre du comitĂ© central de la Garde Nationale, Ă©lu au conseil et opposĂ© au ComitĂ© de Salut Public, il assurait la liaison entre la Commune et les sociĂ©tĂ©s ouvrières. Le 28 mai, reconnu par un prĂŞtre rue Lafayette, il est sauvagement assassinĂ©. « Tant qu’un homme pourra mourir de faim Ă  la porte d’un palais oĂą tout regorge, il n’y aura rien de stable dans les institutions humaines » avait-il notamment dĂ©clarĂ©.

➡️ « Notes pour servir Ă  l’histoire de la Commune de 1871 », Jules Andrieu – un document important, racontĂ© par l’auteur qui est aussi historien et tĂ©moin de premier ordre des Ă©vĂ©nements, dont la lĂ©gende raconte qu’il fut le dernier Ă  tenir la dernière barricade rue Ramponeau…