Macron : start-up nation d’extrême droite


Ces derniers jours, le gouvernement annonce :


  • 10.000 flics de plus dans un pays déjà champion d’Europe de la répression, de la surveillance et des mutilations policières
  • 15.000 places de prison en plus de celles déjà existantes, alors que le nombre de personnes emprisonnées augmente constamment et que la politique pénale se durcit

Et en même temps :


  • 9.400 lits d’hôpitaux en moins, et ça continue en pleine pandémie
  • 1.800 profs de lycée et 900 professeurs des écoles en moins pour 2021

Ces quelques annonces, éminemment symboliques, s’inscrivent dans la continuité logique, autoritaire, violente, raciste et néolibérale des dernières années.

Ça a l’odeur de l’extrême droite, le goût de l’extrême droite, la couleur de l’extrême droite : c’est bien l’extrême droite qui est au pouvoir et qui compte le garder. Et sans contre-pouvoirs. Stopper cette fuite en avant vers une forme hybride de fascisme ne pourra se faire ni dans les urnes, ni virtuellement, mais par un soulèvement massif et organisé.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.