Tête à claque 1er : accélérateur de fascisme


Plus il reçoit de baffes par l’extrême droite, plus il applique ses idées


Macron vient d’annoncer dans les médias qu’il voulait un «tour de vis» sur les expulsions. Comprendre, encore plus d’exilés dans des charters, encore plus de contrôles, encore plus d’enfermement en Centre de Rétention… Une politique inhumaine qui n’a jamais cessé de se durcir depuis Nicolas Sarkozy.

Alors que les agressions d’extrême droite se multiplient, que des youtubeurs néo-fascistes appellent à s’armer pour tuer du «gauchiste», que les médias sont imprégnés par l’idéologie réactionnaire, Macron choisit donc la fuite en avant. Toujours plus à droite. Alors même qu’il vient d’être giflé par un militant d’extrême droite !

Apparemment, plus le président reçoit des coups par l’extrême droite, plus il applique ses idées. Faut-il regretter qu’il n’ait pas (encore) été giflé par un militant de gauche ? Au moins on aurait peut-être une augmentation des salaires, un meilleur partage des richesses, de meilleures retraites et des moyens pour les services publics.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don