Liberté d’expression : Alliance attaque Nantes Révoltée

Il y a quelques jours, le gouvernement finançait une grande campagne de promotion des forces de l’ordre en diffusant des publicités montrant des policiers avec l’inscription «Protéger, le plus beau des métiers». Nantes Révoltée publiait ce matin un détournement humoristique de cette campagne, montrant des agents en action, en train de réprimer, avec d’autres slogans : «mutiler le plus beau des métiers», «gazer, le plus beau des métiers», etc.

Quelques heures plus tard, le syndicat policier d’extrême droite Alliance attaquait notre média, exigeant que le ministre de l’Intérieur Gerald Darmanin fasse «retirer ces publications» et poursuive en justice Nantes Révoltée en menaçant : «nul ne peut insulter la Police Nationale en toute impunité».

Rappelons d’abord qu’en principe, ce n’est pas le chef de la police qui dicte ce qui peut être dit dans un pays, à moins d’être officiellement en dictature. Rappelons aussi que ces visuels ne sont aucunement insultants, il s’agit de détournements d’une publicité comme il en existe des milliers. Le meilleur moyen de ne pas être accusé de mutiler est tout simplement… De ne pas mutiler les gens !

Sur le fond, c’est une guerre de communication qui est organisée. La police est omniprésente à l’antenne, des émissions racoleuses aux séries télévisées, les uniformes sont plus visibles que toutes les autres professions sur les petits écrans comme au cinéma. À chaque fait divers ? La police. Le soir dans les reportages ? La police. Dans les films ? La police. Jusqu’à l’écœurement. La police sature le champ médiatique pour dominer le soft power. La fabrique artificielle du soutien à la police est quotidienne.

Si la police occupe le devant de la scène dans les médias, elle tente d’étouffer toutes les voix discordantes. En 1995, les rappeurs du Ministère A.M.E.R sont condamnés pour le titre «sacrifice de poulet». En 1996, Joey Starr du groupe NTM subit une condamnation pour avoir crié «Nique la police !» lors d’un concert. À partir de 2002, Nicolas Sarkozy poursuit le groupe La Rumeur. En 2007, le dessinateur Placid est condamné pour avoir dessiné un policier au faciès porcin. En 2013, Manuel Valls porte plainte contre Amal Bentounsi, dont le frère a été tué par un policier, pour avoir mis en ligne un clip parodique contre l’impunité policière. En 2017, le rappeur parisien Jo le Phéno est condamné à la demande du Ministre de l’Intérieur pour son clip «Bavure». Assa Traoré sera également poursuivie pour avoir dévoilé le nom des gendarmes impliqués dans la mort de son frère.

Il ne s’agit rien moins que d’une guerre d’usure méticuleuse menée par le pouvoir contre toutes celles et ceux qui s’éloignent de la pensée unique policière. La tentative d’Alliance contre Nantes Révoltée en est un nouvel exemple. Il faut anéantir tous les contre-pouvoirs. Nous vous appelons à nous soutenir dès maintenant, et en cas d’attaque judiciaire du ministère de l’Intérieur.


Nous ne céderons à la terreur d’État ni dans les rues, ni sur internet.


L’attaque d’Alliance : https://www.facebook.com/alliancepolicenationale/posts/10158415419003494
La fausse campagne de pub :

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.