NANTES : FORTE MOBILISATION POUR LES LIBERTÉS, LA RÉPRESSION MONTE D’UN CRAN

240960738_4313025162066957_7020910436104968366_n

240960738_4313025162066957_7020910436104968366_n

240962953_4313025368733603_5791168102760374499_n

240962953_4313025368733603_5791168102760374499_n

240955947_4313026522066821_6000982861874008819_n

240955947_4313026522066821_6000982861874008819_n

240953558_4313037112065762_2106989884825953716_n

240953558_4313037112065762_2106989884825953716_n

240952449_4313037555399051_4908817101324139470_n

240952449_4313037555399051_4908817101324139470_n

240940118_4313026692066804_1655776522833974951_n

240940118_4313026692066804_1655776522833974951_n

240939465_4313025405400266_5655913431858903298_n

240939465_4313025405400266_5655913431858903298_n

240934014_4313037198732420_2603305851631625174_n

240934014_4313037198732420_2603305851631625174_n

240931495_4313037075399099_5113520204578640342_n

240931495_4313037075399099_5113520204578640342_n

240930203_4313037538732386_3839194450336662912_n

240930203_4313037538732386_3839194450336662912_n

240926529_4313025145400292_296155680777052479_n

240926529_4313025145400292_296155680777052479_n

240908065_4313025865400220_3279479824388864816_n

240908065_4313025865400220_3279479824388864816_n

240907974_4313037442065729_7931717645163735157_n

240907974_4313037442065729_7931717645163735157_n

240900818_4313037242065749_3073370241459227101_n

240900818_4313037242065749_3073370241459227101_n

240899223_4313026638733476_3943727124838707975_n

240899223_4313026638733476_3943727124838707975_n

240899182_4313037048732435_5216162808874306706_n

240899182_4313037048732435_5216162808874306706_n

240898432_4313025762066897_715293975570189354_n

240898432_4313025762066897_715293975570189354_n

240893446_4313037418732398_2675344264542883141_n

240893446_4313037418732398_2675344264542883141_n

240889049_4313037378732402_3363387564192881398_n

240889049_4313037378732402_3363387564192881398_n

240878109_4313025068733633_578573229932239626_n

240878109_4313025068733633_578573229932239626_n

240875785_4313026665400140_7836832849768551102_n

240875785_4313026665400140_7836832849768551102_n

240838870_4313037338732406_6768135451182401193_n

240838870_4313037338732406_6768135451182401193_n

240810749_4313025525400254_1933676977443204468_n

240810749_4313025525400254_1933676977443204468_n

240739341_4313037035399103_8922874591063817110_n

240739341_4313037035399103_8922874591063817110_n


Ce samedi 28 août à Nantes, environ 8 000 manifestants et manifestantes ont à nouveau défilé sous le soleil contre le Pass Sanitaire. Encore une grosse mobilisation pour le septième samedi consécutif, et une très forte affluence à la veille de la rentrée
En début d’après-midi, l’ambiance est chaleureuse : un char avec une boule à facette du festival Quai des Chaps joue de la musique, une «gazette des terrasses», le petit journal du mouvement, circule de mains en mains. Le monde de la culture, des serveurs de bars et des soignants sont présents dans le cortège, il y a de nombreux panneaux, banderoles, drapeaux colorés … Beaucoup de chants de Gilets Jaunes à l’avant, et un drapeau couleur canari est hissé sur le Conseil Départemental. Quelques apprentis fascistes sont éloignés en début de manifestation, dont un avec une improbable casquette Trumpiste. Plutôt bonne ambiance.
Mais la situation se corse : la répression semble beaucoup plus agressive maintenant que les mots d’ordre sont clairs. En début d’été, la police laissait les cortèges aller n’importe où tant que les services de renseignement étaient en contact direct avec des éléments d’extrême droite au sein du mouvement. Maintenant qu’ils ne sont plus là, ou en tout cas isolés, les forces de l’ordre montrent les dents. Dès le début, le cortège mené par des personnels de bistrots est bloqué par un imposant barrage policier qui protège un hôtel de luxe. Première provocation, première tension. La manifestation choisit l’apaisement. Le défilé doit faire demi tour face aux agents menaçants, grenades en main. Mais peu après, ce sont des salves de gaz qui tombent devant la préfecture.
Après une pause, un discours, et quelques rues plus loin, une pluie de grenades s’abat sans sommation ni aucun motif alors que le défilé descend tranquillement en direction de la gare. Stratégie de la tension. Tant pis, la manifestation contourne le jardin des plantes, et l’avant du cortège parvient à s’engouffrer sur les rails de la gare. Malheureusement, cette action est de courte durée, à cause du manque de réactivité de l’arrière du cortège. Tirs de LBD et nouveau nuage de gaz. Une barricade bloque le boulevard Stalingrad. Le cortège repart vers le centre-ville lorsqu’il est à nouveau attaqué par une équipe de la Brigade Anti Criminalité. Des familles en terrasse et des passants suffoquent avec les manifestants. Deux personnes auraient été interpellées.
De retour au miroir d’eau, un apéro sans Pass est organisé comme les semaines précédentes. Le mouvement ne perd pas en dynamique, au contraire, il s’annonce même de plus en plus festif et inventif pour tenir dans la durée.
Crédit photos : Estelle Ruiz, James C., NR