Le 30 octobre, un pétainiste débarque à Nantes !


Le meeting d’un nostalgique de Vichy dans la ville des 50 Otages ?


C’est le candidat des médias, soutenu par un milliardaire propriétaire de plusieurs chaînes de télévision, mais aussi des énarques, des préfets, des financiers… C’est aussi un néo-fasciste, raciste et misogyne. La configuration paraît sortie tout droit des années 1930. Pourtant, elle pourrait avoir lieu à Nantes la semaine prochaine !

Les cercles proches d’Eric Zemmour ont programmé sa venue samedi prochain, 30 octobre, à Nantes. Initialement, il devait venir à la Chapelle-sur-Erdre, au nord de Nantes, au Château de la Poterie. Mais les groupes d’extrême droite visent beaucoup plus grand : le Zenith de Nantes, la plus grande salle de spectacle de la ville. Comme d’habitude, le Parti Socialiste, si efficace pour réprimer la gauche, compte laisser les fascistes tenir leur meeting : «la métropole n’a pas, en l’état, de raison de s’y opposer» déclarent-ils dans la presse.

Pour rappel, Zemmour c’est :

  • Une haine viscérale des femmes : «le consentement mutuel est un mythe», «le pouvoir doit rester aux mains des hommes», il est par ailleurs dénoncé pour agressions sexuelles.
  • Du racisme : «les employeurs ont le droit de refuser des Arabes ou des Noirs». Les migrants mineurs «sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont». Favorable à la «suspension du droit d’asile», il appelle à une épuration ethnique du pays, qualifiée de «remigration».
  • Un nostalgique de l’Algérie française et des massacres coloniaux : «Quand le général Bugeaud arrive en Algérie, il commence à massacrer les musulmans et même quelques juifs. Eh bien moi je suis aujourd’hui du côté du général Bugeaud. C’est ça être Français !» ou encore «Maurice Audin [communiste algérien] aurait mérité 12 balles dans la peau».
  • Un semeur de guerre : «la guerre civile est déjà là», «ce sont les droits de l’homme qui tuent», «la police doit tirer à balles réelles».
  • Un nostalgique du fascisme et un négationniste : «les soldats allemands qui défilent sur les Champs-Élysées sont impressionnants de virilité conquérante», «Pétain a sauvé les juifs français». Zemmour se revendique du chef de l’Action Française Charles Maurras et a même déjeuné récemment avec la fille d’un dignitaire nazi, elle-même nazie, peu après avoir assisté à un congrès néo-fasciste en Hongrie. L’extrême droite ne s’y trompe pas : les différents groupes identitaires, royalistes et néo-nazis se regroupent dans des comités de soutien à Zemmour dans tout le pays.

Haine des femmes, haine raciale, pétainisme, culte de la force et de la guerre, autoritarisme, le tout soutenu par les ultra-riches : n’ayons pas peur des mots, Zemmour est, à peu de chose près, une incarnation chimiquement pure du fascisme historique. Un fasciste pourra-t-il venir à Nantes en terrain conquis ?


La ville des 50 Otages laissera-t-elle se tenir le meeting d’un nostalgique de Vichy ? Cela paraît inimaginable.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.