Nantes : amour partout, Zemmour nulle part


Ce samedi 30 octobre à Nantes :


  • Plusieurs centaines de personnes, 650 selon la préfecture, contre le meeting pétainiste au Zenith
  • Le périphérique les les grilles traversées dès le départ : le cortège à l’assaut du meeting
  • Provocations policières immédiates et gaz sans sommation
    • Des dizaines de forces de l’ordre déployées et des centaines de grenades lacrymogènes tirées pendant plus de 3 heures, pour protéger l’extrême droite
    • Un commando néo-nazi auteur de violences cet été à Nantes, réfugié derrière les lignes de gendarmes
    • La 4 voies bloquée et un embouteillage monstre autour de Nantes
    • La passerelle menant au Zenith, grillagée par la préfecture, reprise par les manifestants
    • Le meeting des fascistes qui démarre en retard, et sous pression
    • Importante affluence et détermination, le meeting aurait pu être annulé si les structures de gauche nantaise avaient relayé l’appel
    • La mairie de Nantes complice jusqu’au bout de cet évènement abject
    • Malgré le climat médiatique irrespirable, nostalgiques de Vichy ne sont pas les bienvenus à Nantes

    Récit complet et photos à suivre


    Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.