Réponse ouverte au Préfet de Loire-Atlantique

La préfecture de Loire-Atlantique a publié un communiqué décrivant «une manifestation à l’appel de “Nantes Révoltée” contre la venue d’Éric Zemmour», avec «150 membres d’ultra-gauche et gilets jaunes au comportement particulièrement violent». Et menace : «un travail d’enquête et d’identification s’engage».

D’abord nous rappelons au Préfet, qui le sait très bien, que Nantes Révoltée est un média, qui existe depuis 10 ans et qui traite de l’actualité sociale et politique à Nantes et dans le monde. Nous sommes lus par plusieurs centaines de milliers de personnes chaque semaine. Un média n’organise pas de manifestations. En revanche, nous relayons des appels lorsque ceux-ci nous apparaissent nécessaires. La tenue d’un meeting pétainiste dans la ville des 50 Otages est un motif plus que légitime de mobilisation.

  • Si des dégradations ont eu lieu, interrogez-vous sur la nécessité de gazer massivement un parking, sur une zone commerciale très fréquentée, avec beaucoup d’enfants, et plus généralement des personnes peu habituées aux manifs – et pouvant réagir de façon risquée.
  • Interrogez-vous sur la forte présence de voitures et l’absence de gestion de la circulation en amont, de nombreuses voitures prises dans les gaz ayant mis en danger les personnes présentes à la manifestation. Selon plusieurs sources, les dégâts les plus importants ce samedi après-midi, ce sont les voitures endommagées par les tirs de grenades.
  • Interrogez-vous sur les comportements des policiers zélés, ayant parfois déversé des dizaines de grenades lacrymogènes alors qu’il ne se passait absolument rien, et sans sommation.
  • Interrogez-vous enfin sur la légalité, au moins sur la légitimité, d’une mise en scène médiatique autour d’un pseudo-candidat pétainiste à la présidentielle, multi-condamné pour «provocation à la haine raciale», qui réhabilite des tortionnaires notoires et propose une gestion de la société basée sur la ségrégation.
  • Merci d’éviter de faire passer notre média, et plus généralement le mouvement antifasciste, pour des hordes de violents cherchant à tout prix à en découdre. C’est la société que vous protégez qui est violente et indigne. Ne pas se soulever face à cet ordre injuste, voilà l’erreur.

À nos lecteurs et lectrices, à nos soutiens : cela fait deux fois cette semaine que Nantes Révoltée est menacée. Pour une photo d’affiches contre Zemmour, un torrent médiatique et une pluie de menaces se sont abattus sur nous, et nos comptes ont été bloqués temporairement. À présent, notre média est ciblé pour la manifestation de samedi. Et il y a quelques semaines, par des syndicats policiers. En plus de vagues régulières de diffamations et de menaces.

Nous avons bien conscience d’être un contre-pouvoir dans une période d’effacement des contre-pouvoirs, de déranger alors que les autorités ne supportent plus de contestations. Nous continuons, mais avons besoin de votre solidarité en cas de nouvelles attaques. Merci.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.