Séparatisme : défilé intégriste dans les rues de Nantes


La préfecture qui autorise les prières de rues diffusées par des camions sonos interdira-t-elle la fête de la musique ?


Des camions sono diffusant à pleine puissance des prières. Des enfants de cœur portant des croix. Des religieuses voilées. Cela s’est passé dimanche 19 juin à Nantes, en pleine après-midi. Il s’agissait d’un défilé organisé par un courant intégriste de l’Église catholique, la Fraternité Saint-Pie X, lié à l’extrême droite. Cette procession avait lieu pour célébrer la «Fête-Dieu».

La Fête-Dieu, ou Corpus Christi, célèbre la présence du corps du christ dans le sacrement de l’Eucharistie, donc dans le pain et le vin qui incarnent la chair et le sang de Jésus dans le rite religieux.

La procession très sonore et volontairement ostentatoire du 19 juin à Nantes a été saluée par les réseaux fascistes locaux, notamment la candidate du parti de Zemmour en Loire-Atlantique, présente, qui a diffusé des images émues de cette «France éternelle». À Nice, Estrosi défilait en tête de la Fête-Dieu. Personne ne parlera de séparatisme. Ces prières de rue ne feront pas la Une des JT. On ne débattra pas de la longueur du voile des nonnes, ni de l’âge des enfants enrôlés dans ce défilé. Tout est parfaitement normal dans la France laïque.

Du reste, la préfecture de Nantes a pris un arrêté il y a plusieurs jours contre le «transport de matériel sonore» en vue de la fête de la musique. Les intégristes d’extrême droite ont pu se balader dans tout le centre-ville, y compris devant le commissariat, avec leurs enceintes diffusant des prières. Le même préfet interdira-t-il ce mardi à la jeunesse nantaise d’amener des sonos pour faire la fête ? Réponse ce soir.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.