🎯 Refus d’obtempĂ©rer : un policier tire, une balle finit dans un bus !


Combien de morts faut-il pour désarmer la police ?


Cette information gravissime devrait faire la Une de tous les JT, provoquer des enquĂȘtes et un scandale politique national. Mais elle a mis deux jours Ă  sortir dans quelques mĂ©dias, et sera sans doute relĂ©guĂ©e au niveau d’un banal «fait divers» vite oubliĂ©.

Les faits ont eu lieu mercredi 21 septembre 2022, en plein aprĂšs-midi, dans la ville de Saint-Ouen en banlieue parisienne. En plein trafic, au milieu de la circulation, des policiers dĂ©gainent leurs armes pour un «refus d’obtempĂ©rer». Ils se sont «senti en danger» parce que le vĂ©hicule qu’ils voulaient contrĂŽler ne s’est pas arrĂȘtĂ©.

Les autoritĂ©s n’osent mĂȘme pas dire que les agents Ă©taient en danger. Seulement un «sentiment» de danger, tellement la disproportion entre le fait de tirer et une voiture qui dĂ©marre est Ă©norme. D’autant que plusieurs enquĂȘtes rĂ©vĂšlent que des tirs policiers effectuĂ©s ces derniĂšres semaines l’ont Ă©tĂ© sans aucune raison valable. Le gouvernement a donnĂ© un permis de tuer. Depuis, la police se dĂ©foule.

Toujours est-il qu’Ă  Saint-Ouen, un flic tire Ă  deux reprises au milieu de la rue. Une des balles termine sa course dans la vitre d’un bus de la RATP. La ligne 173 en direction de La Courneuve. Le bus Ă©tait en service, avec des passagers. Une photo montre l’impact : Ă  un mĂštre prĂšs, une personne Ă©tait tuĂ©e ou gravement blessĂ©e. «L’IGPN n’a pas Ă©tĂ© saisie» prĂ©cise BFM TV. Nous voilĂ  rassurĂ©s.

Ce qui met en danger la population, ce ne sont pas les «refus d’obtempĂ©rer» mais les fous de la gĂąchette armĂ©s par l’État qui tirent dans nos rues. En 6 mois, 11 personnes ont Ă©tĂ© abattues par balle en France pour des «refus d’obtempĂ©rer». Dont deux par des tirs dans le dos avec un fusil mitrailleur rĂ©servĂ© Ă  l’antiterrorisme. Et deux autres Ă©taient seulement des passagers de vĂ©hicules. Des «victimes collatĂ©rales». MĂ©diapart a rĂ©vĂ©lĂ© que plusieurs de ces homicides n’Ă©taient mĂȘme pas justifiĂ©s par un hypothĂ©tique «danger» pour le tireur. Le nombre de tirs explose, depuis que le gouvernement Hollande a votĂ© une prĂ©somption de lĂ©gitime dĂ©fense en cas de fuite de vĂ©hicule.

Combien faudra-t-il se sang, de larmes et de vies volées pour désarmer la police ?


Source : https://www.bfmtv.com/paris/seine-saint-denis-apres-un-refus-d-obtemperer-la-balle-d-un-policier-termine-dans-la-vitre-d-un-bus-ratp_AN-202209220364.html

Un article récent sur les tirs policiers :

Financez Contre Attaque

Tous nos articles sont en accĂšs libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d’exister, votre soutien est vital. Vous pouvez nous faire un don en cliquant sur les homards