🔴 École : des policiers apprennent la répression à des enfants de 10 ans

Des coups de matraque, des gilets pare balles, des entraĂ®nements au tir… pour des enfants de CM1 et CM2, âgĂ©s d’une dizaine d’annĂ©es ! La scène, tout simplement ahurissante, a eu lieu en France, Ă  Saint-Denis le 27 septembre dernier. Des Ă©lèves de primaire de l’Ă©cole Paul Langevin ont participĂ© Ă  une journĂ©e prĂ©sentĂ©e comme «sportive citoyenne». Elle Ă©tait animĂ©e par une association, ou plutĂ´t un lobby policiers baptisĂ© «Raid Aventure». En rĂ©alitĂ©, il s’agissait d’une initiation Ă  la rĂ©pression, un endoctrinement d’enfants aux violences d’État. Les Ă©lèves ont pu enfiler des casques, donner des coups de tonfa, prendre une arme en main… En prĂ©sence de policiers, sans que les parents n’aient Ă©tĂ© informĂ©s.

Des parents d’Ă©lèves ont protestĂ© publiquement, par une lettre ouverte adressĂ©e au maire de la ville, Ă  l’inspecteur d’Ă©ducation et au prĂ©fet. Ils explique que «sur le temps scolaire, nos enfants ont Ă©tĂ© emmenĂ©s par l’Ă©cole Ă  une journĂ©e prĂ©sentĂ©e très brièvement comme “sportive et citoyenne” […] Nous Ă©tions partagĂ©s, certains d’entre nous accueillant l’initiative plutĂ´t favorablement, d’autres ayant exprimĂ© leur inquiĂ©tude.» Tous ont Ă©tĂ© scandalisĂ©s par «le retour des enfants Ă  l’issue de cette journĂ©e» : cet «atelier» n’avait rien de «citoyen» : «les enfants ont Ă©tĂ© dĂ©guisĂ©s en policiers et Ă©quipĂ©s d’une,matraque voire d’un gilet pare-balle et encouragĂ©s Ă  courir, d’autres ont Ă©tĂ© entraĂ®nĂ©s Ă  tirer avec des pistolets laser. L’atelier consacrĂ© aux premiers secours n’Ă©tait pas en service. Et les Ă©lèves n’Ă©taient mĂŞme pas accompagnĂ©s d’un enseignant !»

Pour couronner le tout, «des policiers ont demandĂ© et notĂ© sur leur portable le nom, l’âge, voire l’adresse de certains enfants. Quelle est la lĂ©gitimitĂ© et l’objet de ce recueil parfaitement illĂ©gal de
donnĂ©es ?» s’interrogent les parents. Un fichage policier d’enfants dans un cadre scolaire.

Cette opĂ©ration n’est malheureusement pas isolĂ©e. L’association Raid Aventure, fortement soutenue par les autoritĂ©s, multiplie les initiatives. Sur les rĂ©seaux sociaux, la structure affiche de nombreux «ateliers» : Ă  Poissy le 7 octobre, 500 Ă©lèves en classe de 3e des collèges ont suivi une «formation» animĂ©e par des policiers. Le 28 septembre c’Ă©tait Ă  Toulouse. Quelques jours plus tĂ´t, des collĂ©giens de la ville de MĂ©ru, dans l’Oise. Cet Ă©tĂ©, c’Ă©tait Ă  Strasbourg que des adolescents suivaient un atelier «menottage» avec la mĂŞme structure. Ă€ chaque fois, les images montrent des enfants en tenue de maintien de l’ordre, qui frappent, tirent sur des cibles, montent sur des motos de police…

Raid Aventure prĂ©tend organiser «une initiation aux techniques de maĂ®trise d’un individu et de self-dĂ©fense», des «dĂ©monstrations du savoir-faire des forces de sĂ©curité» ou un «atelier de dĂ©couverte des gestes et techniques professionnels en intervention». Il s’agit Ă©videmment d’un endoctrinement dĂ©libĂ©rĂ©, avec la complicitĂ© de l’Éducation Nationale. L’État ne recrute pas assez de professeurs, des centaines de classes manquent de personnel pour enseigner des matières essentielles, les rĂ©seaux prioritaires n’ont plus de moyens, mais des dizaines de flics sont envoyĂ©s auprès de mineurs pour leur montrer comment matraquer. Et plusieurs milliards d’euros sont consacrĂ©s au SNU, un stage militaro-patriotique pour lycĂ©ens. Ce pays bascule dans la folie. Les enseignants complices de ces opĂ©rations devraient ĂŞtre couverts de honte.

Ce genre de manœuvres porte un nom : la contre-insurrection. C’est une doctrine militaire visant à obtenir le soutien de la population dans le cadre d’un conflit armé. Il s’agit de mener des actions de propagande en parallèle des actions de répression, pour obtenir l’adhésion des habitants et donc isoler les opposants. Cette doctrine, élaborée en France, a été utilisée lors des guerre coloniales puis exportée dans de nombreux régimes autoritaires. Derrière l’aspect «loisir», habituer dès le plus jeune âge la population aux pratiques policières et militaires n’a rien d’anodin.
Ă€ prĂ©sent le SecrĂ©tariat Ă  la Jeunesse est mis sous tutelle du Ministère des ArmĂ©es. Macron militarise et endoctrine la jeunesse Ă  marche forcĂ©e. Les jeunes doivent ĂŞtre des futurs flics, de la chair Ă  canon ou de la chair Ă  patron. Pas d’autres perspectives. Aucune diffĂ©rence avec un gouvernement d’extrĂŞme droite. Aucune. Mais si Marine Le Pen organisait de tels stages, beaucoup plus de monde se scandaliserait.

À quand de vrais «ateliers» utiles pour la jeunesse ? Riposter à l’extrême droite, se défendre en manifestation, déserter le SNU, bloquer un lycée, nourrir son esprit critique, défendre la nature, faire des graffitis politiques ? Il y a urgence.


Le communiquĂ© complet des parents d’Ă©lèves :

2 rĂ©flexions au sujet de « đź”´ École : des policiers apprennent la rĂ©pression Ă  des enfants de 10 ans »

Les commentaires sont fermés.