đŸ“ș Aurore BergĂ© : le retour de l’ORTF ?


«Le loup est dans la bergerie» selon les syndicats


L’évĂ©nement est inĂ©dit : Aurore BergĂ©, prĂ©sidente du groupe Macroniste Ă  l’AssemblĂ©e Nationale, est nommĂ©e depuis le 28 septembre au conseil d’administration de France TĂ©lĂ©visions. Les syndicats du groupe dĂ©noncent «une volontĂ© de reprise en main politique».

Le poste est «traditionnellement» attribuĂ© aux «prĂ©sident-es des commissions des affaires Culturelles de l’AssemblĂ©e Nationale et du SĂ©nat». Ici, le prĂ©sident envoie directement une de ses reprĂ©sentantes. Pour l’intersyndicale de France TĂ©lĂ©visions, «la Macronie a dĂ©cidĂ© d’envoyer un message fort en dĂ©signant la PrĂ©sidente de groupe du parti prĂ©sidentiel. Message reçu, le loup est dans la bergerie et la volontĂ© de reprise en main politique est claire et nette».

Qui est Aurore BergĂ© ? Fille de comĂ©diens, enfant de la balle, elle est passĂ©e par Science po et a d’abord rejoint les rangs de la droite rĂ©actionnaire : en 2004, elle milite Ă  l’Union nationale inter-universitaire (UNI), un syndicat Ă©tudiant d’extrĂȘme droite, qui soutient aujourd’hui Éric Zemmour. Fan de Nicolas Sarkozy, Aurore BergĂ© est ensuite embauchĂ©e par une agence de communication, «Agence Publics d’abord», qui organise les grands meetings de Nicolas Sarkozy lors de la prĂ©sidentielle 2012.

C’est dans ce domaine qu’elle fait carriĂšre puisqu’elle travaille pour trois agences de communication et de lobbying : Spintank, Agence Publics et Hopscotch Groupe, tout en continuant Ă  s’engager trĂšs Ă  droite. En janvier 2017, elle participe au lancement d’un mouvement «pro-Fillon et anti-Macron» baptisĂ© «Droite Lib». Puis elle rejoint Macron en pleine campagne et se retrouve vite propulsĂ©e comme porte-parole du groupe La RĂ©publique En Marche Ă  l’AssemblĂ©e nationale. Pour Aurore BergĂ©, l’ancienne PremiĂšre ministre britannique Margaret Thatcher, ultra-libĂ©rale et rĂ©pressive, qui a dĂ©truit le mouvement ouvrier anglais, est une «source d’inspiration». En 2019 elle vote la proposition de loi d’Éric Ciotti, l’aile droitiĂšre des RĂ©publicains, visant Ă  interdire le port du voile aux accompagnantes lors des sorties scolaires. Une islamophobie qui ne surprend pas vu son pedigree.

En novembre 2019, un Ă©tudiant lyonnais dĂ©sespĂ©rĂ© s’immole devant le CROUS parce qu’il ne supportait plus la prĂ©caritĂ© extrĂȘme qu’il subissait. La colĂšre gronde dans les facs. À ce moment-lĂ , l’ancien prĂ©sident Hollande intervient Ă  l’UniversitĂ© de Lille pour prĂ©senter un livre. Il est chahutĂ© et ses ouvrages sont jetĂ©s au sol. «LĂ  oĂč l’on brĂ»le des livres, on finit par brĂ»ler des hommes» s’exclame Aurore BergĂ© sur Twitter. Sauf qu’un homme s’est rĂ©ellement immolĂ© Ă  cause des politiques gouvernementales. De trĂšs mauvais goĂ»t.

Mais Aurore BergĂ© est violemment pro-IsraĂ©lienne. En 2021, elle se rend au dĂźner du CRIF et propose de «dĂ©manteler» l’ONG Amnesty International qui avait dĂ©noncĂ© l’apartheid en Palestine. Elle est aujourd’hui dĂ©putĂ©e d’une circonscription trĂšs bourgeoise des Yvelines.

Mais alors que vient faire cette lobbyiste de droite Ă  la tĂȘte des chaĂźnes de tĂ©lĂ©visions publiques ? A-t-elle une expertise ? Veut-elle redonner des moyens aux mĂ©dias publics ? Rien de tout cela. En matiĂšre de mĂ©dias, Aurore BergĂ© est «favorable au dĂ©veloppement de la publicitĂ© dans les mĂ©dias». C’est vrai qu’on en manque
 Elle propose mĂȘme depuis plusieurs annĂ©es une niche fiscale «pour soutenir la publicitĂ© et la communication dans les mĂ©dias». Alors que Macron a supprimĂ© la redevance, ce qui met en prĂ©caritĂ© financiĂšre les chaĂźnes de tĂ©lĂ© publiques, l’arrivĂ©e de BergĂ© est un pas de plus vers la privatisation de France TĂ©lĂ©visions. Le rĂ©gime veut un paysage mĂ©diatique tout entier contrĂŽlĂ© par les milliardaires.

Ces derniĂšres jours, Aurore BergĂ© a rĂ©pondu aux craintes de l’intersyndicale : «Je ne comprends absolument pas oĂč est le sujet». Nous, si. Mais il y a des solutions : soutenir les mĂ©dias indĂ©pendants. Par exemple Contre Attaque.