Aurore Bergé : le retour de l’ORTF ?


«Le loup est dans la bergerie» selon les syndicats


L’événement est inédit : Aurore Bergé, présidente du groupe Macroniste à l’Assemblée Nationale, est nommée depuis le 28 septembre au conseil d’administration de France Télévisions. Les syndicats du groupe dénoncent «une volonté de reprise en main politique».

Le poste est «traditionnellement» attribué aux «président-es des commissions des affaires Culturelles de l’Assemblée Nationale et du Sénat». Ici, le président envoie directement une de ses représentantes. Pour l’intersyndicale de France Télévisions, «la Macronie a décidé d’envoyer un message fort en désignant la Présidente de groupe du parti présidentiel. Message reçu, le loup est dans la bergerie et la volonté de reprise en main politique est claire et nette».

Qui est Aurore Bergé ? Fille de comédiens, enfant de la balle, elle est passée par Science po et a d’abord rejoint les rangs de la droite réactionnaire : en 2004, elle milite à l’Union nationale inter-universitaire (UNI), un syndicat étudiant d’extrême droite, qui soutient aujourd’hui Éric Zemmour. Fan de Nicolas Sarkozy, Aurore Bergé est ensuite embauchée par une agence de communication, «Agence Publics d’abord», qui organise les grands meetings de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle 2012.

C’est dans ce domaine qu’elle fait carrière puisqu’elle travaille pour trois agences de communication et de lobbying : Spintank, Agence Publics et Hopscotch Groupe, tout en continuant à s’engager très à droite. En janvier 2017, elle participe au lancement d’un mouvement «pro-Fillon et anti-Macron» baptisé «Droite Lib». Puis elle rejoint Macron en pleine campagne et se retrouve vite propulsée comme porte-parole du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale. Pour Aurore Bergé, l’ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher, ultra-libérale et répressive, qui a détruit le mouvement ouvrier anglais, est une «source d’inspiration». En 2019 elle vote la proposition de loi d’Éric Ciotti, l’aile droitière des Républicains, visant à interdire le port du voile aux accompagnantes lors des sorties scolaires. Une islamophobie qui ne surprend pas vu son pedigree.

En novembre 2019, un étudiant lyonnais désespéré s’immole devant le CROUS parce qu’il ne supportait plus la précarité extrême qu’il subissait. La colère gronde dans les facs. À ce moment-là, l’ancien président Hollande intervient à l’Université de Lille pour présenter un livre. Il est chahuté et ses ouvrages sont jetés au sol. «Là où l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes» s’exclame Aurore Bergé sur Twitter. Sauf qu’un homme s’est réellement immolé à cause des politiques gouvernementales. De très mauvais goût.

Mais Aurore Bergé est violemment pro-Israélienne. En 2021, elle se rend au dîner du CRIF et propose de «démanteler» l’ONG Amnesty International qui avait dénoncé l’apartheid en Palestine. Elle est aujourd’hui députée d’une circonscription très bourgeoise des Yvelines.

Mais alors que vient faire cette lobbyiste de droite à la tête des chaînes de télévisions publiques ? A-t-elle une expertise ? Veut-elle redonner des moyens aux médias publics ? Rien de tout cela. En matière de médias, Aurore Bergé est «favorable au développement de la publicité dans les médias». C’est vrai qu’on en manque… Elle propose même depuis plusieurs années une niche fiscale «pour soutenir la publicité et la communication dans les médias». Alors que Macron a supprimé la redevance, ce qui met en précarité financière les chaînes de télé publiques, l’arrivée de Bergé est un pas de plus vers la privatisation de France Télévisions. Le régime veut un paysage médiatique tout entier contrôlé par les milliardaires.

Ces dernières jours, Aurore Bergé a répondu aux craintes de l’intersyndicale : «Je ne comprends absolument pas où est le sujet». Nous, si. Mais il y a des solutions : soutenir les médias indépendants. Par exemple Contre Attaque.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Une réflexion au sujet de « Aurore Bergé : le retour de l’ORTF ? »

Les commentaires sont fermés.