🏆 Cinquième recours au 49.3 en 6 mois


Macron champion du passage en force


Et de 5 ! L’équipe Macroniste vient d’inscrire un nouveau but à l’Assemblée Nationale, mais en ligotant l’équipe adverse. Pour la cinquième fois en 6 mois, la Première Ministre a dégainé le 49.3 pour imposer, sans le vote des députés, le budget 2023 de la sécurité sociale.

Après 3 heures seulement de débat lundi 21 novembre, le gouvernement a coupé court au principe démocratique de débat contradictoire et évité de répondre aux arguments des 700 amendements déposés par l’opposition. Avec une hypocrisie sans limite, la première ministre a justifié de cette atteinte à la démocratie en déclarant que continuer à débattre «menacerait le calendrier prévu pour l’examen du texte. (…) Or, nous avons besoin de cette troisième partie du projet de loi pour financer notre modèle social, pour offrir des moyens à notre système de soins, pour venir en aide aux plus précaires, pour donner corps à notre politique d’autonomie». Comme si les 5 dernières années de Macronie n’avaient pas été suffisantes pour prendre des mesures pour améliorer le système de santé… L’exemple de la gestion de la crise sanitaire, des multiples grèves et manifestations du corps médical, et la précarité qui ne cesse de s’accroître démontrent le mensonge éhonté de la cheffe du gouvernement.

L’arbitraire ne se cache même plus derrière les apparats des principes démocratiques. Tout le monde l’a oublié, mais la France est soumise à un régime d’exception par la nature même de ses institutions. La Cinquième République est issue d’un coup d’État légal, justifié à l’époque par la guerre d’Algérie. Avec la crise militaire, il s’agissait de confier un pouvoir démesuré au monarque présidentiel. En 1958, le Général de Gaulle impose par plébiscite un régime exceptionnel censé être temporaire pour régler rapidement le conflit colonial et stabiliser la situation politico-militaire. Il ne sera jamais supprimé.

Quelques semaines plus tôt, en mars 1958, c’est une manifestation de policiers spectaculaire, menaçant l’Assemblée nationale, qui avait accéléré la crise de régime. C’est donc ce régime ultra-centralisé et autoritaire, qui aurait dû disparaître après la guerre, unique en Europe, dont use et abuse Macron pour faire ce qu’ils veut ! Au moment même où Élisabeth Borne annonçait la cinquième utilisation du 49.3, sur La Chaine Parlementaire, le député macroniste Sacha Houlié indiquait que le gouvernement pensait à utiliser à nouveau le 49.3 pour faire passer la réforme des retraites.

En plus du régime politique, les élections françaises sont elles-mêmes hautement problématiques : chez nos voisins, aucun parti n’aurait pu obtenir le pouvoir absolu en n’ayant recueilli que 30% des voix aux législatives. Alors que les macronistes sont largement minoritaires dans les urnes, ils utilisent sans retenue les armes autoritaires de la Cinquième République. La légitimité du pouvoir en place est inexistante.

5 recours au 49.3 en quelques mois, c’est un record. Depuis la naissance de cette République il y a 64 ans, il y a eu 89 recours au 49.3. En 5 ans, le gouvernement Hollande y a eu recours 6 fois, le premier quinquennat Macron 1 fois, les deux mandats de Chirac, 3 fois en 10 ans… Avec 5 usages du 49.3 en quelques mois, Macron se surpasse. Et ce n’est qu’un début !