Macron plus attentif envers un morceau de toile qu’aux centaines de victimes de la police

Une partie de la bâche de La Rotonde en feu ce jeudi 6 avril

Jeudi 6 avril à Paris, lors de l’immense manifestation contre la casse des retraites, un départ de feu a abîmé la bâche rouge de la brasserie La Rotonde lors d’affrontements. Les autorités avaient déployé un énorme dispositif policier devant cet établissement emblématique où Macron avait fêté son passage au second tour de l’élection présidentielle de 2017. L’actuel président, entouré de copains et de journalistes, avait à l’époque célébré l’accession de l’extrême droite en finale, ce qui assurait une victoire facile au candidat banquier, grâce au chantage au «barrage». Cynisme total.

Depuis, cette brasserie, symbole de la caste au pouvoir, est ciblée lors des manifestations. Notamment pendant le mouvement des Gilets Jaunes. Ce 6 avril 2023, le départ de feu a été éteint avec un seau à champagne rempli d’eau. Tout un symbole.

Macron a immédiatement téléphoné aux gérants de la rotonde pour leur exprimer son «soutien». Le président est une telle ordure qu’il a plus d’empathie pour la bâche rouge d’un restaurant bourgeois que pour les centaines de personnes blessées gravement par sa police, ou pour les familles des deux hommes qui ont été plongés dans le coma suite à des tirs de gendarmes à Sainte-Soline.

Macron est aussi plus attentif au bien-être des patrons de la Rotonde qu’aux demandes de l’intersyndicale et des millions de personnes qui manifestent depuis 3 mois, pour qui il n’a jamais eu le moindre mot, à part du mépris !

Macron est également plus sensible à un morceau de toile qu’au sort des millions de personnes qui vont s’épuiser voire mourir au travail à cause de sa réforme injuste et criminelle. Voilà ce que valent nos vies pour ces gens. Moins qu’un bout de tissu.

Pour rappel, Gérard Tafanel, propriétaire de la Rotonde, a été condamné pour fraude fiscale en 2022, à 30.000 euros d’amende et 18 mois de prison avec sursis. Il avait dissimulé une partie des recettes de l’établissement.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Macron plus attentif envers un morceau de toile qu’aux centaines de victimes de la police »

  1. Après le martyr des poubelles brûlées vives, le drame des abribus détruits, l’agonie en direct d’un store de restaurant. Ça vaut bien un geste du présiroi.

Les commentaires sont fermés.