Nantes, 13 avril : une manifestation “encadrée positivement” par la police


Le 12 avril, la veille de la dernière journée de grève et de manifestations contre la réforme des retraites, Darmanin promettait à la radio que «les gens pourront venir manifester ans crainte, en étant encadrés positivement par la police et la gendarmerie».


Illustration jeudi 13 avril dans les rues de Nantes :

➡️ Un tir totalement illégal de grenade de désencerclement, lancée en l’air, en direction d’un photographe.

➡️ Une grenade de désencerclement suivie immédiatement d’une grenade explosive ASSD (assourdissante) en direction d’un monsieur dont le tort est de faire un doigt d’honneur.

➡️ Des tirs de grenades GM2L, munition explosive et mortelle. L’explosion peut arracher une main, un pied, ou tuer. Les CRS tireurs l’ont fait à l’aveugle, sans aucune menace. Plus tard, un syndicaliste signale une de ces grenades qui n’a pas explosée et qui traîne sur la route. Un manifestant la repousse avec le pied.

➡️ Pour finir en beauté, attaque violente du carré CGT qui écoutait de la musique autour de camions syndicaux en fin de manif. Coups, gaz, grenade de désenserclement et arrestations arbitraires. Sans compter plusieurs arrestations dans des bars et une enseigne Carrefour.

Une belle journée d’encadrement positif.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.