Invasion de méduses

Si vous êtes allé sur la côte Atlantique ces derniers jours, vous aurez constaté une omniprésence de méduses. Un internaute a réalisé une vidéo impressionnante au large des Sables-d’Olonne en Vendée : une mer de méduses. Si cette présence n’est pas inhabituelle, l’arrive de méduses dès la fin du printemps est précoce et bien plus massive que d’habitude. Des méduses marron, urticantes (Chrysaora hysoscella) sont aussi très visibles alors qu’elles étaient rares il y a 10 ans. Comment expliquer ce phénomène ?

Réchauffement

«La température de l’eau est remontée plus vite, ce qui a favorisé le développement du plancton dont se nourrissent les méduses, stimulant leur croissance et leur reproduction» explique un responsable de l’Océarium du Croisic. En effet, sur la côte Atlantique, l’eau s’est réchauffée de 3 à 4 °C en moyenne en l’espace de trois semaines. Avec le dérèglement climatique et la hausse de température des océans, c’est tout l’écosystème qui se dérègle. Des physalies, sortes de méduses très dangereuses, ont même été retrouvées sur le côtes du nord de la France et en Normandie cet hiver, alors que leur habitat naturel est l’océan tropical.

Surpêche

Une étude parue en 2013 avait révélé que la surpêche avait fait exploser la population de méduse. Le pillage des réserves de sardines et anchois, gros consommateurs de zooplancton, a provoqué la prolifération exponentielle de la méduse-boussole. Celle qu’on retrouve aujourd’hui sur nos côtes. «En Namibie, 10 millions de tonnes de sardines dans les années 1960 ont laissé place à 12 millions de tonnes de méduses» expliquaient les scientifiques : «le problème, c’est qu’on ne sait pas comment ce sera réversible».

Déclin de la biodiversité

La hausse du nombre de méduses s’explique aussi par le fort déclin de leurs principaux prédateurs : les tortues marines. La tortue luth est classée comme espèce vulnérable, et la tortue imbriquée en danger critique d’extinction : les deux espèces se nourrissent de méduses.

À défaut de réagir face au chaos climatique et à l’extinction des espèces, les bourgeois se rendront-ils comptent du problème lorsqu’ils ne pourront plus nager à La Baule ou au Touquet ?


Le site internet Meduseo recense les observations de méduses sur le littoral français : https://meduseo.com/fr

Vidéo prise par : SimplyFish

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

2 réflexions au sujet de « Invasion de méduses »

  1. Je me permets de répondre à la question de fin d’article : c’est non. Les bourgeois iront se baigner ailleurs, ou ils feront installer de coûteuses barrières anti-méduses encadrant leurs plages, ou encore ils sauront se contenter de leur piscine d’eau salée, qu’ils feront éventuellement agrandir.

  2. En France, en matière de destruction environnementale, tout est possible !
    Je suis inquiet sur les solutions que vont trouver les technocrates face aux invasions de méduses ! En général, face à un problème écologique, en France, on choisit toujours des solutions non écologiques, en brandissant les mots magiques : protéger l’emploi, le dieu croissance, pas d’autres solutions, il faut faire des recherches (et surtout ne pas trouver de solutions alternatives qui vont à l’encontre du modèle économique en place), il faut créer des commissions (pour gagner du temps).
    Tous les problèmes écologiques que l’on vit actuellement sont annoncés depuis cinquante ans !!!!!!!

Les commentaires sont fermés.