Tentative de meurtre sur Hedi : un policier marseillais déjà mis en cause dans une affaire identique


David B, l’un des policiers poursuivi pour avoir tabassé Hedi, était aussi ciblé pour les mêmes faits contre Angelina, en 2018 à Marseille révèle Médiapart. L’affaire avait été classée après une enquête bâclée.


➡️ 8 décembre 2018 : le soir d’une manifestation de Gilets Jaunes, Angelina, 19 ans, rentre du travail lorsqu’elle croise des policiers en civil. Elle reçoit un tir de LBD dans la jambe, tombe au sol, avant d’être passée à tabac par le groupe de policiers. Très gravement blessée, la jeune femme a eu le crâne fracturé et le cerveau atteint. Souffrant de séquelles physiques et psychologiques, elle a depuis été reconnue travailleuse handicapée.

➡️ 1er juillet 2023 : Hedi qui rentre de son travail croise la route de policiers en civil. Ils lui tirent dans la tête au LBD sans sommation, avant de le traîner dans une ruelle pour le tabasser. Il est abandonné dans la rue, au sol, laissé pour mort. Son cerveau est gravement endommagé, les médecins doivent lui retirer une partie du crane pour qu’il survive.

Dans le cas de Hedi, il y a plusieurs vidéos. Des images de caméras de vidéosurveillance de la ville, celles d’un commerce et d’un lieu de culte, ainsi que les images d’un témoin. La tentative d’homicide en bande armée a été filmée sous tous les angles : voilà pourquoi, pour une fois, quatre policiers ont été mis en examen. Voilà les faits criminels défendus par toute l’institution policière ces dernières semaines. Parmi les agresseurs identifiés sur les images : David B.. On voit le policier traîner Hedi au sol sur plusieurs mètres avec ses collègues, avant de le frapper et de l’abandonner, sanglant.

David B. est justement mis en cause dans la précédente affaire, celle d’Angelina. Dans le cas de la jeune femme, la plainte a d’abord été refusée par plusieurs commissariats. Quand une enquête a enfin été ouverte, les enregistrements des caméras de vidéosurveillance avaient déjà été supprimés. Comme les écoutes des échanges radio de la police. De même qu’un «rapport informatique faisant état de l’ensemble des mouvements et des interventions des policiers». Quand l’IGPN a voulu entendre, David B. ce dernier était parti pour une «mission militaire» au Togo au bénéfice d’une entreprise privée ! Des fonctionnaires français partent servir de mercenaires armés en Afrique, avec l’accord de leur hiérarchie.

David B. est finalement auditionné deux ans après les faits, en 2020. Il dit n’avoir aucun souvenir. Il déclarera la même chose à propos du tabassage de Hedi. Pour l’enquête sur la blessure d’Angelina, les responsables des différentes unités de police ont aussi déclaré ne pas reconnaître les fonctionnaires sur les vidéos. L’affaire a donc été classée, à cause d’une omerta mafieuse à tous les niveaux de la police.

Médiapart écrit qu’un autre agent, Mario S., présent lors du lynchage de Hedi était aussi là lors du tabassage d’Angelina ! Ce policier est lui-même visé par une plainte pour faux en écriture publique en 2021, des faits passibles de la cour d’Assises. Mais ce fonctionnaire exerce toujours, puisqu’il était présent lors du lynchage de Hedi. Tout est atroce et vertigineux dans ces histoires entremêlées.

Même type de blessure, même unité en civil, mode opératoire identique, mêmes impacts à la tête pour tuer ou handicaper, mêmes agents… et deux vies brisées. À 5 ans d’intervalle. Le tout soutenu par toute l’institution. Et combien d’autres cas inconnus ? Nous avons affaire à des criminels en série. La police est une mafia fasciste.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

2 réflexions au sujet de « Tentative de meurtre sur Hedi : un policier marseillais déjà mis en cause dans une affaire identique »

  1. Qu’est-ce qui l’emporte le plus chez moi entre le dégoût de l’institution policière et la rage d’en finir avec ce monde abject ?

    Merci en tous cas pour votre travail toujours plus indispensable.

    Amicalement.

    Jean-Louis PFEIFFER

  2. Pendant les gilets jaunes ,la réponse était :” c est bien fait pour eux “!
    Pourtant mm type de blessure .
    Pourtant des qu’ il s’agit de minorités issues de quartier en difficulté , il y a un émoi beaucoup plus palpable .
    En finalité peu importe rouge ; noir ; vert ; mm sevices commis par les bleus .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *