USA : offensives réactionnaires tous azimuts


Les images, sidérantes, ont été filmées le 16 septembre 2023 dans le Missouri. Deux élus Républicains incendient au lance-flamme un tas représentant des livres «wokes». Les sénateurs Nick Schroer et William Eigel, qui est candidat au poste de gouverneur, se sont mis en scène sur les réseaux sociaux en train de faire un autodafé. Impossible de ne pas penser à la symbolique nazie, lorsque les groupes hitlériens brûlaient dans la rue les livres non conforme et les œuvres qualifiées d’art «dégénéré».


Deux élus Républicains incendient au lance-flamme un tas représentant des livres «wokes».

Ces images s’inscrivent dans un mouvement national destiné à faire censurer ou limiter l’accès aux livres considérés comme «inappropriés» dans les écoles. La droite occidentale se plaint de la «cancel culture», mais c’est elle qui la pratique avec la plus grande férocité. Par exemple, un district du Tennessee a voté le retrait de la Bande Dessinée mondialement célèbre «Maus», un récit de la Shoah par le fils d’un déporté, de son programme d’études secondaires. Face au scandale provoqué par cette censure, le district est revenu sur sa décision. Mais six ouvrages ont été retirés, dont «La Servante écarlate» de Margaret Atwood.

Ce mouvement d’interdiction vise aussi des ouvrages au contenu LGBTQ+ ou antiracistes. En octobre 2022, le secrétaire d’État du Missouri, Jay Ashcroft, a publié une règle pour supprimer le financement des bibliothèques qui ne restreignent pas l’accès aux documents «inappropriés» ou «lubriques». Sont particulièrement visés tous les livres relatifs à l’éducation sexuelle.

Rappelons que les Etats-Unis se réclament d’une «liberté d’expression» sans condition quand il s’agit de contenus fascistes. Il est par exemple totalement légal de brandir un drapeau nazi dans l’espace public ou de diffuser le livre Mein Kampf. Mais cette «liberté» ne concerne plus les contenus progressistes.

Derrière ces mesures, il s’agit d’une offensive généralisée pour remodeler l’enseignement sous un angle ultra-conservateur. En Floride, le gouverneur républicain Ron DeSantis a voté la mesure «Don’t say gay» interdisant les discussions sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre dans les écoles. Il a aussi fait passer le «Stop Woke Act» visant à interdire l’enseignement des théories antiracistes.

Encore plus inquiétant, le conseil de l’éducation de Floride a validé mercredi 19 juillet 2023 un nouvel enseignement de l’histoire des Afro-Américains. Le programme parlera désormais des «bienfaits» de l’esclavage. Les nouvelles directives éducatives expliquent en effet que l’esclavage aurait permis aux Afro-Américains de «développer des compétences qui, dans certains cas, pouvaient être appliquées pour leur bénéfice personnel». On espère que les esclaves n’ont pas oublié de dire merci à leurs maîtres.

Les USA sont aussi un pays où certaines écoles doivent enseigner les théories religieuse créationnistes – expliquant par exemple que Dieu a créé l’univers en 6 jours, 4000 ans avant Jésus Christ – au même niveau que la théorie évolutionniste, reposant sur la science.

En juillet 2023, sur la chaîne Fox News, l’équivalent de Cnews en France, le présentateur Greg Gutfeld a défendu le programme expliquant que l’esclavage avait été «utile» pour les noirs américains, en expliquant qu’il avait été possible, de la même manière, pour les juifs de survivre dans les camps nazis en étant «utiles», «en ayant des compétences».

Le droit à l’avortement a été interdit ou fortement réduit dans de nombreux États nord-américains. Durant l’été 2022, une médecin de l’Indiana avait révélé à la presse avoir aidé une jeune fille de l’Ohio âgée de 10 ans à avorter après un viol. Dans l’Ohio, une loi interdisait d’avorter après 6 semaines, même pour une petite fille victime de pédocriminalité. Cette médecin voulait ainsi alerter sur le recul du droit des femmes, mais c’est elle qui a été condamnée à une amende.

En Louisiane, les représentants ont adopté une loi au mois de mai dernier considérant l’avortement comme un homicide. Les femmes et les professionnels de santé peuvent encourir alors jusqu’à 10 ans de prison pour avoir pratiqué une IVG.

Dans la première puissance mondiale, l’obscurité réactionnaire, religieuse et fasciste ne cesse de gagner du terrain. Et Trump envisage de revenir au pouvoir lors des prochaines élections, dans un pays encore plus polarisé que lors de son premier mandat.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *