Capitalisme sauvage : des vaches échouées sur les plages bretonnes


Des bétaillères flottantes géantes, transportant des bovins sur la mer, mises en cause


Des bovins échoués sur les plages du Finistère, sans vie et gonflés par l’eau : les images sont aussi macabres que surprenantes en ce mois de décembre 2023.

Des cadavres de jeunes taureaux et de vaches sont retrouvés sur la côte bretonne en état de décomposition, déposés par l’océan. Les boucles d’identification des animaux ont été retirées de leurs oreilles pour empêcher de remonter à leur propriétaire : «nous avons constaté qu’il avait un trou dans l’oreille correspondant aux boucles que portent les animaux d’élevages» explique un employé de la mairie de Crozon à France 3 : «Quelqu’un a enlevé cette boucle avant de lancer» l’animal dans l’eau.

L’observatoire PELAGIS, qui surveille les mammifères marins, recense une dizaine de bovins retrouvés échoués sur les côtes ces derniers jours. Derrière ces découvertes, le capitalisme du désastre, qui considère les êtres vivants comme des marchandises qu’on peut prendre, vendre et jeter.

Ces bovins ont été jetés par dessus bord par des bétaillères géantes qui traversent les mers. Ce transport de bétail par bateau se développe entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, avec des cargos géants qui peuvent transporter des milliers de bovins dans des conditions effroyables d’un port à l’autre.

La commission européenne estimait en 2020 que, chaque année, près de 3 millions d’animaux vivants, soit plus de 2 millions de moutons et de chèvres et 625.000 bovins, seraient exportés par bateau de l’Union Européenne vers les pays du pourtour méditerranéen.

Ce transport d’animaux par la mer est opaque et peu surveillé, les bêtes y sont entassées sans assistance vétérinaire, parfois sans nourriture suffisante. Il arrive qu’à cause du stress, de mauvaises conditions de navigation ou de contraintes techniques, les animaux meurent et soient envoyés par dessus bord. En juin dernier, trois vaches ont été retrouvées mortes sur les rives de la mer Noire en Bulgarie. En février, c’est près du Pouliguen, en Loire-Atlantique, qu’un cadavre de vache était recrachée par l’océan.

L’industrie du transport maritime d’animaux est peu contrôlée. France 3 rappelle qu’en 2019, 14.600 moutons était morts dans le port de Midia en Roumanie lors d’un naufrage. Au large du Japon en 2020, un navire bétailler avait disparu en mer, avec ses 41 marins et de ses 5.800 bovins. En 2021, des bétaillères maritimes avait longuement erré en Méditerranée, les centaines de bovins à bord n’avaient pas été nourris, et le cheptel avait fini par être abattu à son débarquement en Espagne.

Les échouages dans le Finistère sont probablement liées aux mauvaises conditions météorologiques des derniers jours, l’un de ces navires géants s’était mis à l’abri le 11 novembre dernier devant le port de Douarnenez, et transportait 2.000 bovins entre l’Irlande et la Libye. Le libéralisme a tout transformé en objets et en part de marché sans se soucier d’éthique : ressources vitales comme êtres vivants sensibles, humains compris.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *