Chauffards : 3 morts en 10 jours, renversés par la police


À l’approche des fêtes, l’insécurité routière explose. La preuve : en dix jours seulement en France, des véhicules de la police et de la gendarmerie française ont tué trois piétons.


➡️ Le 12 décembre, en plein Paris. Un homme de 84 ans est percuté, en plein jour, alors qu’il traverse sur un passage piéton au vert, par une colonne de policiers à moto de la BRAV. Il décède peu après.

➡️ Le 18 décembre, à Senlis dans l’Oise, un homme âgé de 82 ans meurt après avoir été percuté par un véhicule conduit par des gendarmes au niveau d’une station service. C’était à 16h30, alors qu’il faisait jour, et alors que l’octogénaire traversait la rue. Deux artisans témoignent. Une enquête de flagrance pour «homicide involontaire par conducteur».

➡️ Samedi 23 décembre à Saint-Pierre-des-Corps au matin, un jeune homme a été percuté par une voiture de police dans des circonstances troubles. La victime est décédée.

Non contente de mutiler et terroriser des manifestant-es, la police tue également de simples habitant-es qui ont le malheur de croiser son passage, par hasard, dans la rue. Le 9 décembre, deux adolescents de 17 ans étaient décédés après une course-poursuite à scooter avec la police.

Dans la nuit du 8 au 9 janvier 2020 à Rennes, c’est une animatrice périscolaire de 21 ans, Maëva, qui avait été percutée de plein fouet sur un passage clouté par une voiture de police banalisée, sans gyrophare ni sirène. Elle était décédée. Le policier mis en cause, un ancien agent de la BAC, avait déjà commis 8 infractions pour excès de vitesse. Il avait écopé de sursis lors d’un procès plusieurs années après.


La culture de l’impunité ne permet pas seulement une violence physique débridée des forces de l’ordre avec leurs armes, mais aussi des conduites à risque qui mettent en danger la population.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

2 réflexions au sujet de « Chauffards : 3 morts en 10 jours, renversés par la police »

  1. En 2023, pour l’instant, au moins 28 personnes sont mortes à cause d’une intervention directe de la police ou de la gendarmerie, selon le recensement du collectif “Désarmons-les” :

    “9 personnes mortes suite à des tirs de police : 8 à balles réelles, 1 suite à un tir de LBD
    16 personnes mortes lors d’un accident routier ou ferroviaire impliquant les forces de l’ordre (renversées par la police ou au cours d’une course poursuite)
    1 personnes mortes en cellule ou lors de leur interpellation suite à des suspicions de coups ou dans des circonstances troubles (“malaise”).
    2 personnes mortes noyées, électrocutées ou en raison d’une chute mortelle.”

    Source : https://desarmons.net/listes-des-victimes/personnes-tuees-par-les-forces-de-lordre/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *