Lyon : un escalier repeint aux couleurs de la Palestine, répression et nettoyage immédiats


Dans le centre-ville de Lyon, comme à Marseille et à Paris il y a quelques jours, un escalier a été repeint aux couleurs de la Palestine. La répression a été immédiate et implacable : 6 personnes ont été arrêtées par la police qui a mené 3 perquisitions dans la foulée. Et pour ne laisser aucune trace de cette solidarité, la mairie «de gauche» a envoyé ses équipes effacer en urgence, cet escalier quelques heures seulement après.


Comme à Marseille, les municipalités qui ont affiché le drapeau israéliens sur les bâtiments publics font du zèle pour rendre invisible le soutien à la Palestine. Cette répression s’inscrit dans le cadre d’une chasse aux sorcières d’une violence totale contre les personnalités qui dénoncent le génocide en cours, d’une propagande de guerre pro-israélienne dans tous les médias français et d’un soutien inconditionnel à l’extrême droite sioniste par le gouvernement français. Il est donc crucial de faire entendre et voir la solidarité sous toutes ses formes avec le peuple palestinien.


Voici le communiqué du collectif La Fosse aux Lyons sur cette affaire :

«Dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 février, les marches de l’escalier de la rue Sainte Marie des Terreaux ont été repeintes par des activistes pro-palestiniens aux couleurs du drapeau de la Palestine, pour visibiliser l’horreur du génocide pratiqué par l’armée d’occupation israélienne.

Nous soutenons évidemment totalement cette action, qui s’est déroulée au milieu des passants, qui n’ont visiblement manifesté aucune hostilité. Pourtant, six militant.es ont été pris sur le fait et mis en garde à vue et trois ont subi des perquisitions immédiates – ce qui est illégal et anticonstitutionnel, car les règles de mises en garde à vue ne s’appliquent normalement pas à ce genre de délit.

Une directive ministérielle est d’ailleurs appliquée : chaque action concernant la Palestine doit conduire, autant que possible, à une garde à vue, dans le but d’intimider. Contre le mouvement pro-palestinien, l’État Français utilise donc les pires méthodes de barbouze : des gardes à vue, des perquisitions pour intimider, des amendes, parfois sans rapport avec l’action et, bien sûr, la répression violente.

Ces arrestations pour un simple drapeau peint, les gardes à vue et les perquisitions dans le but de mettre sous pression les activistes et de tenter de rentrer dans les réseaux pro-palestiniens, les grands moyens déployés pour le nettoyage immédiat – comme si il n’y avait pas assez de quartiers qui tombaient en ruine ou l’investissement aurait été utile – sont une nouvelle preuve de l’offensive de l’État contre les libertés du peuple et contre un mouvement qui lui fait peur.

Six activistes ont donc été réprimés et trois perquisitionnés. Des amendes pourraient être distribués et des suites judiciaires envisagés. La fosse aux Lyons apporte son soutien entier et inconditionnel aux activistes, et appel tout les soutiens à la lutte du peuple palestinien à s’unir, pour la défense des six activistes et pour la défense de nos libertés démocratiques c’est à dire de notre droit de dire «Vive la résistance contre l’oppression ! Vive la lutte du peuple palestinien ! À bas l’état génocidaire d’Israël !»

PS : le drapeau dérangeait tellement notre cher maire, Grégory DOUCET, que ce dernier a été effacé en moins de 12h (même le fisc est pas aussi rapide).»

La fosse aux Lyons

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

2 réflexions au sujet de « Lyon : un escalier repeint aux couleurs de la Palestine, répression et nettoyage immédiats »

  1. Sous Pétain, la police, la gestapo, la milice qualifiaient les Résistants de terroristes. Rien n’a changé depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *