Austérité : 10 milliards de coupes budgétaires en 2024, 12 milliards en 2025


Pendant que les profits du CAC 40 explosent, le gouvernement veut en finir avec les services publics


Bruno Le Maire est tout fier de son plan d'austérité

Dimanche 18 février, le renflement brun qui nous sert de Ministre de l’Économie annonçait 10 milliards d’euros «d’économies» à faire exclusivement sur le budget de l’État. Cela s’appelle un plan d’austérité gigantesque qui passe par le saccage terminal du service public. Voici le détail du massacre :

  • Enseignement : 8000 postes en moins alors qu’il manque déjà des centaines d’enseignants dans les classes et que les établissements tombent pour certains en ruine. Ce sont 691 millions d’euros qui vont être retirés au budget de l’Éducation !
  • Recherche : 7500 postes en moins. Macron détruit l’université et la recherche, déjà en crise depuis des années. Ce sont des milliers de futur-es universitaires privé-es de carrière. 904 millions d’euros arrachés à ce secteur essentiel.
  • Écologie : 2,1 milliards d’euros en moins pour la transition écologique ! Macron se débarrasse définitivement des dernières touches de greenwashing et assume un gouvernement écodicaire.
  • Dans le secteur de l’agriculture et de l’alimentation pourtant crucial : 1200 postes en moins.
  • Pour la diplomatie : 400 postes supprimés, dans un contexte de crise géopolitique mondiale, alors qu’un réseau diplomatique efficace est décisif pour construire la paix. Mais Macron veut la guerre : 174 millions en moins pour la politique extérieure.
  • Le gouvernement enlève aussi 78 millions pour les Outre-Mers, pourtant en grande difficulté sociale, 70 millions à la Santé, 232 millions pour le Ministère des solidarités, 307 millions pour le Sport, en pleine année olympique, 1,1 milliard pour le ministère du travail, donc de nouveaux reculs pour les droits des travailleur-euses et le chômage…
  • Un seul secteur n’aura aucun poste supprimé : la police. Macron a même débloqué des milliards pour l’armer jusqu’aux dents et augmenter les salaires de sa milice.

Mais ce n’était qu’un début. Dans un entretien au Monde, Bruno Le Maire explique qu’il compte organiser des coupes encore plus importantes : au moins 12 milliards d’euros d’économies supplémentaires en 2025. Ce n’est même plus l’austérité, c’est une véritable purge de l’État au profit du privé.

Pour rappel, en France chaque année, l’État vers sous forme «d’aide aux entreprises» entre 150 et 200 milliards d’euros aux patrons. Depuis 20 ans, ces aides aux entreprises augmentent de 7% par an contre 3% pour les aides sociales, de l’argent public dilapidé de façon non évaluée et non conditionnée. L’évasion fiscale est évaluée autour de 100 milliards par an. Pour la guerre en Ukraine : 3 milliards ont été débloqués il y a quelques jours.

Pourtant, il n’est toujours pas question pour le renflement brun d’augmenter les impôts des plus fortunés ou des grandes entreprises. «Je suis opposé depuis sept ans à toute augmentation des impôts. Dans un pays qui a un des niveaux de pression fiscale les plus élevés au monde, c’est une impasse», a rappelé le ministre.

En 2023, les entreprises du CAC 40 ont encore réalisé des bénéfices records et versé des sommes inédites sous formes de dividendes à leurs actionnaires parasites.

Au moment où Bruno annonçait sa cure d’austérité, le bilan de l’année 2023 révélait que les 31 entreprises du CAC40 avaient engrangé plus de 150 milliards d’euros de bénéfices nets cumulés, dont 11 milliards pour BNP Paribas, plus de 18 milliards pour Stellantis, plus de 21 milliards pour TotalEnergies… Largement de quoi compenser les prétendus déficits publics.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

2 réflexions au sujet de « Austérité : 10 milliards de coupes budgétaires en 2024, 12 milliards en 2025 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *