Champagne pour quelques uns ou eau potable pour tous ?


«Il faut choisir entre le champagne pour quelques-uns et l’eau potable pour tous.»


champagne pour quelques uns ou eau potable pour tous ?

Voilà comment le président révolutionnaire du Burkina Faso Thomas Sankara résumait la situation. Il a été assassiné en 1987 par un dictateur à la solde de la Françafrique. Champagne pour les uns ou eau pour tous : cette alternative n’a jamais été aussi vraie :

«Alors que le gouvernement tente de réaliser 20 milliards d’économies : l’Élysée commande 11.000 bouteilles de champagne pour un montant de 550.000 euros» titrait le quotidien l’Indépendant vendredi 19 avril. En effet, l’équipe de Macron vient de commander 2.760 bouteilles par an pour les fêtes organisées au Palais présidentiel, soit 9 par jour.

Une dépense de prestige indécente, qui concorde avec les dépenses ahurissantes de l’Élysée depuis l’arrivée de Macron. Début 2023, l’Élysée annonçait l’augmentation de son budget de 5,2 millions d’euros. Ce qui portait ces dépenses à 114,4 millions d’euros pour l’année, uniquement pour faire fonctionner le palais du président : cuisine gastronomique, chauffeurs, fleurs et décorations, fournitures… En 2024, le Palais table sur 12 millions de plus, soi-disant pour faire face à l’inflation.

Dans le même temps, la Métropole d’Orléans vient d’annoncer la mise à l’arrêt de son captage d’eau potable de Semoy, car des analyses ont révélé la présence trop importante de polluants éternels. En février, les habitants des Deux-Sèvres ont découvert que 50 à 75% de l’eau de leur département était contaminée par un pesticide interdit depuis 2020. Un scandale sanitaire causé par l’agro-industrie.

Le 14 février, le groupe qui possède les magasins Intermarché retirait des rayons deux de ses marques d’eau en bouteille «La Fiée des lois» et «Premiers Prix» car elles étaient contaminées aux pesticides. Ces marques tirent leur eau dans des sources des Deux-Sèvres.

Selon une étude de 2022, la présence de produits chimiques toxiques éternels (PFAS) a rendu l’eau de pluie non potable partout dans le monde. Selon des scientifiques de l’Université de Stockholm, les taux de PFAS sont 14 fois plus élevés que les recommandations de l’EPA, l’agence de protection de l’environnement américaine, dans des gouttes de pluie. Y compris dans l’eau de pluie mesurée en Antarctique et sur les sommets de l’Himalaya.

Selon une autre étude ayant analysé l’urine de milliers de français, 99,8% de la population française est contaminée par le glyphosate, un herbicide toxique et potentiellement cancérigène.


Puisque que nos dirigeants semblent avoir fait sécession et se vautrent dans le luxe avec l’argent public pendant que le monde court à sa perte, les mots de Thomas Sankara résonnent aujourd’hui avec plus de force que jamais.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *