Le gouvernement veut expulser un imam engagé pour la Palestine


Faisons bloc contre la nouvelle offensive islamophobe de Darmanin


Dans le cadre de la chasse aux sorcières toujours plus ahurissante à l’égard des voix qui s’élèvent contre le génocide à Gaza, et dans un contexte de racisme décomplexé au sommet de l’État, l’imam de Pessac, près de Bordeaux, Abdourahmane Ridouane, est menacé d’expulsion pour son soutien à la Palestine.

Son avocat, Maitre Sefen Guez Guez, explique dans un communiqué : «[il] est notamment reproché à M. Ridouane son attachement à la défense de la cause palestinienne et sa critique de la politique internationale de la France, y compris au Niger, son pays d’origine.»

La mosquée de Pessac avait déjà été ciblée en 2022 par Gérald Darmanin, qui avait voulu la fermer au prétexte «d’islamisme». Mais le Conseil d’État avait annulé cette mesure, expliquant même que «la préfète de la Gironde a pris une mesure de police qui porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte».

Dans la foulée de cette offensive stigmatisante du pouvoir, l’extrême droite avait vandalisé plusieurs fois le lieu de culte avec des tags racistes. À présent, c’est l’imam lui-même qui est menacé, dans la droite ligne des dissolutions d’associations et d’expulsions de personnalités musulmanes.

La procédure d’expulsion d’Abdourahmane Ridouane sera examinée le 31 mai prochain par le tribunal judiciaire de Bordeaux. Contre cette nouvelle mesure islamophobe, injuste et liberticide, un communiqué commun et une pétition ont été lancés. Nous les partageons ici :

«La préfecture de Gironde vient de lancer une procédure d’expulsion contre Abdourahmane Ridouane, président de la mosquée de Pessac et infatigable militant de la cause palestinienne ici à Bordeaux.

Alors que la Cour Internationale de Justice a alerté sur les risques génocidaires et que la Cour Pénale Internationale va lancer des mandats d’arrêt pour crimes de guerre contre Benjamin Netanyahou et Yoav Gallant, la préfecture de Gironde va à l’encontre des institutions internationales en lançant cette procédure d’expulsion contre Abdourahmane Ridouane.

Depuis le 7 octobre une répression tous azimuts s’abat sans relâche contre tous ceux qui osent se placer du côté des colonisés, qu’ils soient militants, étudiants, syndicalistes, soignants, responsables de mosquées ou encore humoristes. Pendant que l’entité coloniale poursuit son projet génocidaire en Palestine, l’État français use de tous les moyens pour museler les voix sincères qui s’élèvent contre cette injustice et soutiennent la résistance du peuple palestinien. Il est urgent de rassembler et instaurer un rapport de force pour faire face à la répression des défenseurs de la cause palestinienne.

Nous, organisations, associations, collectifs, militants dénonçons cette procédure d´expulsion d’A. Ridouane et plus globalement la criminalisation de tous ceux qui osent être du côté de la justice en Palestine, en France et partout dans le monde.»

Premiers signataires :

– Comité Action Palestine
– Campagne Unitaire pour la libération de George Ibrahim Abdallah.
– Urgence Palestine (National)
– Féderation Syndicale Étudiante (FSE)
– La Fosse aux Lyons
– Perspectives Musulmanes
– Ligue de la Jeunesse Révolutionnaire
– FSE Bordeaux
– Association Fraternite Franco Palestinienne 33
– Collectif Palestine Reims
– Comité Palestine Hérouville
– Les Indigènes de la République
– Comité Vérité et Justice 31
– Comité Palestine 31
– Jeunes Palestine
– Bruxelles Panthères
– Toulouse Anti-CRA
– Décolonial news
– Nouveau Parti Anticapitaliste 33 (NPA)
– Révolution Permanente
– Le Poing Levé
– GLAA Bordeaux (groupe de logistique et d’appui antiraciste)
– Groupe logistique d’appui Reims
– La Cause du Peuple


Signez la pétition ici


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *