Bardella rétropédale sur les retraites, le RN contre le retour de l’ISF…


Fascisme et grand capital


Malgré ce que veulent faire croire Le Pen et Bardella, le RN n'a rien de social : c'est le parti du capital.

«Nous verrons». Ce mardi 11 juin, Jordan Bardella a rétro-pédalé sur la question des retraites. Il a esquivé la question, posée par la radio RTL, alors q’un journaliste lui demandait si le RN abrogerait la réforme des retraites en cas de victoire. Ce «nous verrons» veut évidemment dire non. Pourtant, jusqu’ici, la position officielle du RN était une opposition de façade à cette réforme rejetée par la quasi-totalité de la population française avec 90% des actifs.

Pourtant, rappelons que l’année dernière le RN déclarait qu’il avait «fait le choix de ne pas faire d’obstruction parlementaire» contre la réforme des retraites. C’étaient les mots de Marine Le Pen. Et son parti n’était évidemment pas dans la rue contre le projet. C’était donc, déjà, un soutien qui ne disait pas son nom au plus grand recul social de l’histoire récente.

L’extrême droite piétinait ainsi l’avis de 9 travailleurs sur 10, et le plus grand mouvement de grève depuis des décennies, avec des millions de personnes en lutte autour de l’exigence, ultra-majoritaire, de retraites dignes. Les fascistes se nourrissent des frustrations sociales, mais ils sont aux ordres du grand capital.

D’ailleurs, dès janvier 2023, Zemmour, l’allié de Le Pen, estimait que «Les gens qui sont pour la retraite à 60 ans sont des irresponsables. Ce plan du gouvernement reprend globalement mes principes mais il faut aller plus loin».

Ce n’est pas le seul sujet où l’extrême droite est sur la même ligne que les ultra-libéraux. En octobre 2022, pendant les débats sur le budget de l’État, le RN avait voté contre un amendement visant à rétablir l’ISF. Le RN a aussi voté contre une taxe sur les jets privés et les yachts. Enfin, l’extrême droite a voté avec les macronistes pour un crédit d’impôts en faveur des… propriétaires de châteaux ! Il faut dire de Marine le Pen est une héritière multimillionnaire, et que son père possède le château de Montretout.

En juillet 2022, juste après les élections législatives, le RN et le groupe macroniste avaient travaillé main dans la main. Le groupe lepéniste avait voté contre l’augmentation du Smic à 1500 euros proposée par la gauche lors du débat sur les «mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat». Le Ministre de la Justice appelait alors à «avancer ensemble» avec le Rassemblement National, et des députés assumaient de «discuter» avec l’extrême droite pour «trouver des majorités». Yaël Braun-Pivet qualifiait aussi le vice-président RN de l’Assemblée de «très bon». Il faut dire que c’est la macronie qui lui a donné sa place.

La plus grande escroquerie politique a été de faire croire aux pauvres que l’extrême droite défend leurs intérêts. L’extrême droite est soutenue par les grands patrons et les propriétaires de médias. Bolloré a mis toute sa fortune pour faire monter l’extrême droite en France. Récemment, en décembre 2023, Marine Le Pen dînait dans un grand restaurant parisien avec Henri Proglio, l’ancien patron de Veolia et d’EDF, et L’Obs écrivait : «Les élites économiques se prépareraient-elles à une possible victoire de l’extrême droite ?» Toute la bourgeoisie fait bloc : derrière le fascisme, c’est le grand capital. Il n’y a pas de différence de nature entre Le Pen et Macron, mais seulement d’intensité. Elle va poursuivre le processus déjà en cours. En plus violent.


L’histoire nous l’apprend : en confiant le pouvoir aux fascistes, il n’y a pas une meilleure répartition des richesses, ni de meilleures conditions de vie. À la fin, il ne reste que le racisme, la dictature et la guerre.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

2 réflexions au sujet de « Bardella rétropédale sur les retraites, le RN contre le retour de l’ISF… »

  1. Vite ! Vite ! Vite ! il faut à Macron un gouvernement facsiste pour finir son quinquennat avec l’accélération du démantèlement des droits sociaux conquis. Pour assainir les finances publiques ? Non pas du tout c’est seulement pour servir les intérêts des puissances économiques et financières sur protégées par l’uunion Européenne. .

  2. L’histoire nous apprend aussi que laisser les commandes d’un pays à un seul gusse est aussi dangereux que de jouer à la roulette russe.

    Bienvenue au pays des droits de l’homme d’affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *