Impunité pour l’extrême droite – l’État condamne les opposants au racisme


L’extrême droite part à l’assaut du globe. Il y a quelques jours, un terroriste néo-nazi perpétrait un attentat antisémite dans une synagogue aux USA. Un fasciste triomphe au Brésil. Des nostalgiques de Mussolini gouvernent l’Italie. Les agressions racistes et sexistes se multiplient partout dans le monde. Des groupes islamophobes violents s’organisent en France. Pourtant, ce sont les militants anti-racistes qui sont, la plupart du temps, poursuivis et condamnés.


Durant l’été 2017, l’extrême droite européenne fait beaucoup parler d’elle, avec l’expédition «Défend Europe». Le groupuscule identitaire met les grands moyens pour chasser les réfugiés, en achetant un navire, le C-Star, qui part harceler les embarcations d’exilés en mer Méditerranée. Une initiative abjecte, qui met en danger des vies humaines, alors que les noyades se comptent déjà par milliers.

Contre ces identitaires, des militants se mobilisent. Le bateau raciste est bloqué à Chypre, des manifestations ont lieu en Sicile … L’opération des fachos est un naufrage. Parmi les plus mobilisés contre cette épopée d’extrême droite, le documentariste libertaire Yannis Youlountas. Très actif sur internet, il mobilise ses réseaux et relaie des informations sur l’avancée du navire, contribuant à faire échec aux identitaires. Il qualifie alors les identitaires de nazis. Ce qu’ils sont. Ce groupuscule, issu d’un groupe armé appelé Unité Radicale, s’inscrit dans une généalogie politique issue d’héritages fascistes et nazis.

Les identitaires – qui osent pourtant se prétendre «anti-système» – portent plainte contre Yannis Youlountas pour «diffamation» et «injures publiques». Un écrivain, Jean-Jacques Rue, est aussi poursuivi pour avoir appelé à «couler le C-Star». Étonnamment, les centaines de commentaires appelant à «couler les bateaux de migrants» qui inondent la toile en permanence ne sont, eux, jamais poursuivis.

En mars 2018, Yannis Youlountas est relaxé. Jean-Jacques Rue est condamné à 3 mois de prison avec sursis et 900 euros d’amende. Une amende et de la prison pour des mots. Pour avoir critiqué une opération raciste mettant en danger la vie d’êtres humains. Les identitaires font appel, pour alourdir la peine. Un délibéré fixé le 22 octobre a finalement lieu le 29 octobre. La peine est encore alourdie par la justice. Le documentariste et l’écrivain sont condamnés à 10.000 euros d’amende au total, et 4 mois de sursis pour Jean-Jacques Rue.

«Non seulement l’État n’a pas empêché l’expédition monstrueuse de se dérouler, non seulement il n’a pas non plus poursuivi les responsables qu’il connaissait parfaitement, mais de surcroît, l’État leur a fait le cadeau de condamner certains de leurs opposants» écrit le réalisateur libertaire.

Notons qu’entre temps, les identitaires ont mené une autre opération, tout aussi illégale, en chassant des réfugiés dans les Alpes. Ici encore, les racistes ont bénéficié d’une impunité totale, alors que leurs opposants avaient été chargés et parfois arrêtés par la gendarmerie.

La même semaine, une jeune enseignante, chercheuse en doctorat à l’université Paris Diderot, est virée par l’administration de sa fac. Pour motiver cette décision, la direction de l’université lui reproche d’avoir jeté un un gobelet de café froid sur des militants d’extrême droite plusieurs années auparavant, dans un autre établissement. Ce licenciement apparaît évidemment comme une décision politique aux yeux de la communauté universitaire et d’étudiants. Dans les facs, la chasse aux enseignants et aux étudiants qui ne rentrent pas dans le moule du régime macroniste s’aggrave.

En quoi ces deux affaires sont-elles liées ? À chaque fois, l’État et ses institutions criminalisent celles et ceux qui tiennent tête aux idées racistes, autoritaires, oppressives. Et laissent les coudées franches à une extrême droite de plus en plus violente et conquérante, qui bénéficie, en plus, du monopole de la parole dans les médias dominants.


Pour soutenir Yannis et Jean-Jacques :
https://www.lepotcommun.fr/pot/hvfshv5n?1508341820


À propos de l’affaire de Paris Diderot : http://www.revolutionpermanente.fr/Paris-Diderot-une-doctorante-licenciee-pour-avoir-lance-du-cafe-froid-sur-des-militants-d-extreme

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.