Allemagne : un jeune réfugié irakien meurt sous les coups de la police


Dans la région de Brême, en Basse-Saxe, un jeune réfugié irakien est mort samedi 6 Mars, peu de temps après avoir été placé en garde à vue au commissariat de Delmenhorst. Il s’appelait Quosay Sadam Khalaf. Il avait 19 ans.


Dans l’après-midi du vendredi 5 Mars, des policiers en civils contrôlent un groupe de jeune. Énième contrôle raciste, énième humiliation. Les flics gazent et interpellent les garçons en utilisant des “techniques d’immobilisation contraignante“. Lexique policier pour ne pas dire potentiellement mortelle. D’après de nombreux témoignages, la police a refusé l’intervention des secouristes après l’interpellation ainsi que de l’eau alors que le jeune irakien ne se sentait pas bien.

Plus tard, nouvel acte de barbarie. Dans sa cellule, le jeune homme est battu par des policiers. Il s’effondre sous les coups. La police parle d’un “accident” tandis que des témoins de la scène disent avoir vu les policiers taper Quosay à plusieurs reprises. Après son passage à tabac, il sera emmené à l’hôpital. Il y décédera quelques heures plus tard.

Alors que l’Allemagne connaît une recrudescence des violences policières et sur fond de scandale concernant les liens croissants entre police et milieux néonazis, la colère gronde. Hier, plusieurs manifestations hommages et spontanées ont eu lieu, notamment à Francfort ou un cortège antifasciste a été stoppé brutalement et réprimé par les forces de l’ordre.

En France, les personnes exilées subissent régulièrement de mauvais traitements et les violences policières sont quotidiennes. Les harcèlements et les destructions de camps sont devenus une routine macabre. Au mois de Septembre 2020 à Calais, une irakienne perdait son bébé trois jours après la naissance. À la suite de son interpellation, les fonctionnaires de police avaient refusé de faire intervenir les secours alors que la jeune femme perdait les eaux. En mai 2018, Mawda, une fillette kurde âgé de deux ans était abattu de plusieurs balles par la police belge alors que sa famille tentait de rejoindre la Grande-Bretagne…


Partout en Europe, les mêmes violences d’État, les mêmes logiques mortifères à l’égard des populations en exil.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.