LE SAVIEZ VOUS ?

La « Commission nationale de l’informatique et des libertés » – CNIL – est une institution publique créé dans les années 1970 afin de veiller « à ce que l’informatique soit au service du citoyen et qu’elle ne porte atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques ». A l’époque, il s’agissait de contrôler les possibilités de « fichage » de la population. Fichage désormais généralisé à tous les niveaux en France.

Cette commission a demandé 4 fois au gouvernement de fournir des preuves concrètes de l’efficacité du pass sanitaire depuis le mois de septembre, sans réponse à ce jour.

Dans son quatrième avis, rendu mardi 30 novembre, la CNIL dénonce le manque de données fournies par le gouvernement pour évaluer l’efficacité du dispositif. Pour elle, l’efficacité du Pass sanitaire reste encore à prouver. Et l’autorité perd patience quant au manque de données communiquées par le gouvernement sur le dispositif. Elle réclame aussi la limitation dans le temps du dispositif.

La CNIL, c’est un peu l’IGPN de l’informatique. Une institution très molle, qui ne sanctionne jamais, et rend des avis plutôt tièdes. Et pourtant, même la CNIL s’alarme de l’inefficacité du Pass et de son caractère hautement liberticide. Qui peut encore nier le danger de cette mesure désormais installée dans la durée ? Dommage que beaucoup, y compris à gauche et à l’extrême gauche, aient boudé les mobilisations contre le Pass Sanitaire !