Le vent se lève, préparons-nous : manifestation à Nantes samedi 9 avril


Marche festive et déterminée la veille des élections



Reprendre 5 ans ferme ? Pas question. Un appel à une mobilisation carnavalesque à la veille du premier tour, à Nantes, circule sur les réseaux sociaux.


Voici un appel du collectif Faire bloc :

«Toi aussi, tu en as marre de la morosité qui plane ? Tu cherches du souffle dans cet asphyxie ambiante ? C’est vrai que le tableau n’est pas brillant. Ces dernières années ont vu triompher le libéralisme autoritaire de Macron : attaques sociales sans précédent, pillage organisé des ressources communes, destruction de l’école et de la santé publique, accélération autoritaire vertigineuse, état policier. Les forces de l’ordre ont tous les droits, les moyens de contrôle sont incommensurables, et l’état d’urgence est permanent. Les idées d’extrême droite ont infusé dans tout le champ politique. Des pétainistes sont sponsorisés par les médias des milliardaires. La crise est à la fois sanitaire, écologique, sociale et politique. Bref, pas vraiment de quoi se réjouir.

Mais si le pouvoir se radicalise, c’est parce qu’il est inquiet. Il sait qu’il est illégitime et fragilisé. Le soulèvement des Gilets Jaunes a fait trembler le gouvernement. Le mouvement de défense des retraites a mis des millions de personnes dans les rues. La jeunesse a lutté sans relâche dans les lycées et les facs, pour son avenir, pour le climat. Les ZAD n’ont pas cessé de fleurir, et de remporter des combats. Les mobilisations contre le racisme et les violences policières n’ont jamais réuni autant de monde. Les marches féministes gagnent en puissance. Il n’y a pas eu un mois sans révolte. Malgré la parenthèse épidémique, la colère n’est jamais retombée : elle est là, partout.

Le soir du premier tour des élections de 2017, on entendait dans la rue : Macron aujourd’hui c’est un risque fasciste dans 5 ans. Nous y sommes. D’un côté, Macron en autocrate isolé veut être reconduit sans campagne ni débat, son équipe recycle les éléments de langage d’extrême droite et s’attaque aux organisations antifascistes et anti-colonialiste. De l’autre, Le Pen, renforcée par des années de catastrophe et appuyée par les médias espère se hisser au pouvoir. Serrons les rangs ! Quelle que soit la configuration électorale à l’issue du premier tour, même si la gauche y parvient, il faudra prendre la rue, se défendre, prendre des forces.

Cassons la tristesse et la résignation. Le pouvoir voudrait nous démoraliser, nous enfermer chez nous. Nous confiner dans l’isoloir. Sortons dans la rue la veille du premier tour, le 9 avril. Pour l’urgence écologique et sociale, pour la liberté, la vie, l’amour, et tout ce qui en vaut la peine. Retrouvons nous avec des banderoles, de la musique, des créations et de la motivation, dans un défilé carnavalesque. Le samedi 9 avril, rendez-vous à Nantes à 16h place du Bouffay !»

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.