FUSION MACRO-LEPÉNISTE


Le bloc bourgeois officialise l’alliance avec un parti fondé par d’anciens SS


Dupont Moretti demande sur un plateau «d’avancer ensemble avec le Rassemblement National à l’Assemblée» le soir des législatives. Et fait même un clin d’œil, en direct, au responsable du RN Thierry Mariani.

«On avait des cas où c’était compliqué de définir qui était le candidat le plus républicain. Regardez un duel entre François Ruffin et le RN», estime la responsable LREM Aurore Bergé

«Le réel premier parti d’opposition c’est le Front National» assène la députée LREM Yaël Braun-Pivet, en dépit du réel.

«Quand on a besoin d’avoir une majorité et si c’est bon pour les Français, on va aller chercher les voix du Rassemblement national» dit la député LREM Céline Calvez.

«Mobilisez-vous contre l’extrême gauche» martelait le ministre LREM Gérald Darmanin.

La fusion est actée. Après 5 années durant lesquelles Macron a tout fait pour faire monter l’extrême droite au maximum et construire un duo entre Le Pen et lui même, le mouvement présidentiel l’assume : il veut gouverner avec l’extrême droite. Le deuxième tour de la présidentielle ressemblait déjà à un ballet macabre entre deux complices, fiers de leur coup. De son côté, Marine Le Pen n’a pas mené campagne et a même déclaré avant les législatives qu’il fallait que Macron obtienne une majorité parlementaire. À défaut de majorité, Macron gouvernera avec l’extrême droite. Rappelons que le Front National a été fondé par d’anciens SS, des pétainistes, des nostalgiques de l’Algérie française et des royalistes.

Le bloc bourgeois avance désormais à visage découvert pour imposer la guerre sociale, la destruction des libertés et les mesures racistes. Ce bloc va de la droite néolibérale aux fascistes, unis pour nous écraser, avec l’appui des médias des milliardaires. Bienvenue dans les années 1930. Accrochez-vous, ça va faire très mal.