?? 8 ans après : le Mexique n’oublie pas les 43 disparus d’Ayotzinapa

309583534_481292870707874_2282411502698871782_n

309583534_481292870707874_2282411502698871782_n

309422238_481292834041211_7853313029678545000_n

309422238_481292834041211_7853313029678545000_n

309371718_481292910707870_1232208515940419114_n

309371718_481292910707870_1232208515940419114_n

309137071_481292914041203_3808848172180927743_n

309137071_481292914041203_3808848172180927743_n

309489939_481292954041199_4322652685456730015_n

309489939_481292954041199_4322652685456730015_n

309131916_481293064041188_979004822202792570_n

309131916_481293064041188_979004822202792570_n

309089141_481293067374521_420327385563008853_n

309089141_481293067374521_420327385563008853_n

309182120_481293134041181_5569491278868181382_n

309182120_481293134041181_5569491278868181382_n

309543661_481293227374505_2191517261131009358_n

309543661_481293227374505_2191517261131009358_n

309477472_481293214041173_8844736643255256964_n

309477472_481293214041173_8844736643255256964_n

309350297_481293260707835_562332238995011289_n

309350297_481293260707835_562332238995011289_n

309579539_481293314041163_6330537401706191245_n

309579539_481293314041163_6330537401706191245_n

309145420_481293404041154_3976673681966775168_n

309145420_481293404041154_3976673681966775168_n

309100622_481293420707819_3442252226579803045_n

309100622_481293420707819_3442252226579803045_n

309232851_481293464041148_6506024116160905518_n

309232851_481293464041148_6506024116160905518_n

309276813_481293487374479_4161964196831547425_n

309276813_481293487374479_4161964196831547425_n

309207563_481293494041145_4008339231237666636_n

309207563_481293494041145_4008339231237666636_n

Le massacre avait eu lieu le 26 septembre 2014, à Iguala, au sud du Mexique. Les étudiants de l’école rurale d’Ayotzinapa, qui se forment à l’enseignement, réquisitionnent des bus pour se rendre à une manifestation à Mexico. Le convoi est intercepté par les forces de l’ordre, les étudiants sont arrêtés, certains sont atrocement mutilés et tués ou livrés à des cartels.

Il y a 27 blessés, 6 morts et 43 disparus. Ces événements déclenchent une vague de colère historique, des centaines de milliers de personnes prennent les rues du Mexique pour exiger la vérité sur les «43 disparus d’Ayotzinapa». Et sur les murs du pays, les visages des jeunes sont dessinés. Au Mexique, «l’affaire» Ayotzinapa est devenue un symbole fort dans un pays qui compte plus de 100.000 disparus.

8 années ont passé. L’affaire est tentaculaire. Un fonctionnaire accusé d’avoir participé au meurtre de 43 étudiants et d’avoir manipulé les enquêtes sur leur mort, Tomas Zeron, s’est réfugié en Israël qui refuse de l’extrader. Un juge vient d’acquitter l’ancien maire d’Iguala, impliqué dans le massacre. Le président a changé : un président «de gauche», López Obrador surnommé AMLO, avait promis du changement. Il n’en est rien.

Pour commémorer les 8 ans de ce crime, et ne jamais oublier, plusieurs actions ont eu lieu au Mexique. La caserne militaire d’Iguala, dont les soldats sont accusés d’avoir participé avec les cartels au crime d’État, a été forcée à la voiture bélier.

Mercredi à Mexico, un affrontement avec la police a eu lieu devant l’ambassade d’Israël, pour exiger l’extradition de Zeron. Le lendemain, des tensions ont eu lieu devant le siège du parquet général.

Vendredi, c’est aux cris d'”assassins” que des manifestants ont lancé des engins explosifs artisanaux à l’intérieur d’un camp militaire, après de nouvelles révélations mettant en cause l’armée.

Ce week-end, une grande marche s’est rendue devant le Palacio Nacional, équivalent de l’Élysée. Le président s’est barricadé dans son palais, entouré d’immenses plaques de métal noires, de barbelés, et gardées par des centaines de policiers. Le président de gauche a peur du peuple. Cette marche a rassemblé des milliers de personnes, qui ont collé de nombreuses affiches sur les protections autour du palais. Un slogan revient sans cesse : «fue el ejercito» : le coupable, «c’était l’armée». Autre message : «les disparus nous manquent», ou «les oublier, c’est les laisser gagner». Car les familles se battent contre l’enterrement de l’affaire et l’oubli de leurs proches.

Durant cette même semaine de protestations, un puissant séisme a fait trembler Mexico, colère tellurique dans ce pays qui a tant souffert.

Au Mexique comme en France, tant qu’il n’y aura pas de justice, il n’y aura pas de paix.