Panique dans les écoles de police… à cause d’un exercice interne


Les titres anxiogènes ont été martelés par CNEWS, TF1 ou 20 Minutes : «Trois écoles de police évacuées dans la nuit après avoir reçu des menaces terroristes».


Coluche portant un képi de la gendarmerie.

Branle bas de combat dans la nuit du 18 au 19 août : ces écoles de police basées à Nîmes, Saint-Malo et Oissel étaient évacuées en urgence. Un «courrier menaçant d’un attentat» avait été retrouvé devant l’établissement de Nîmes. Plusieurs centaines de futurs policiers sortent précipitamment au milieu de la nuit pour se réfugier dans des gymnases face à ce risque terroriste imminent. Et les grands moyens ont été déployés : des démineurs et chiens renifleurs fouillent les bâtiments «pour sécuriser les lieux de vie» indique le sous-préfet d’île et Vilaine !

Les jeunes espoirs de la police en danger de mort : l’idéal pour faire les gros titres et propager l’anxiété. La Direction Générale de la police confirme à la presse qu’un «courrier» a été «retrouvé sur les chemins de ronde de l’école de Nîmes». Mais après une fouille complète des écoles de police, rien de particulier à signaler…

Dans les heures qui suivent, la baudruche se dégonfle et vire au comique. En réalité, il n’y a jamais eu de menace d’attaque terroriste. La presse se dépêche de mettre à jour ses articles en ligne : «c’était une fausse alerte». Le document retrouvé à Nîmes provenait en fait d’un précédent exercice de sécurité. «Un exercice interne de simulation d’attentat» expliquent pudiquement les autorités. Le bout de papier retrouvé par terre était donc issu d’un entraînement réalisé plus tôt au sein même de l’établissement… Et il a déclenché une panique générale.

Un gradé a-t-il fait tomber sans faire exprès une vieille feuille d’exercice, qui aurait ensuite été retrouvée par un agent faisant une ronde ? S’agit-il d’une blague entre élèves policiers ? Les apprentis flics et leurs encadrants sont-ils incapables de reconnaître un exercice qu’ils ont déjà réalisé ? En tout cas, cette histoire grotesque et coûteuse pourrait sortir d’une Bande Dessinée. Et les élèves de la police dont le concours d’entrée est déjà à 6/20, promettent d’être des champions du monde.


Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/fausse-alerte-la-lettre-de-menaces-qui-a-entraine-l-evacuation-de-trois-ecoles-de-police-dont-oissel-etait-un-exercice-2827253.html

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *