Marine Le Pen crédible ? Merci Macron !


Selon un récent sondage, 44% des Français estiment que Marine Le Pen «peut apporter des solutions utiles aux Français». Une forte augmentation, de 8 points depuis novembre 2021. 42% des sondés trouvent qu’elle a «la stature d’une cheffe d’État», une explosion de 14 points sur la même période. Pour 43%, elle est «compétente» et 37% des Français expriment une opinion «positive» sur la députée, en augmentation de 10 points.


Quelle est donc cette diablerie ? Marine Le Pen n’intervient nulle part depuis des mois. On ne l’a quasiment pas entendue depuis l’élection de Macron. Elle ne s’est opposée à aucune mesure du gouvernement, même pas lors du passage en force des retraites. Son parti a même voté de nombreuses lois macronistes au Parlement.

En clair, moins Le Pen parle, plus elle monte. Ce qui la rend «crédible» et «présidentiable», c’est le gouvernement. Macron, Darmanin et leur clan appliquent méthodiquement le programme du RN : chasse aux écologistes, répression extrême des mouvements sociaux, État policier, surveillance de masse, traque des abayas, dissolutions… Darmanin trouvait même Le Pen «un peu molle» en 2021. Pour cette rentrée, Macron a appelé personnellement Jordan Bardella, chef du RN, et les députés macronistes félicitent régulièrement le professionnalisme de l’extrême droite.

L’an dernier, Marine Le Pen n’a même pas fait de campagne. Elle n’a pas organisé de meeting, a esquivé les émissions, s’est contentée de quelques déplacements discrets dans des villages. Même chose pour Macron, pas de campagne, pas de grand meeting, pas de débat avec les autres candidats. Tout juste quelques mises en scène verrouillées. Pourquoi se seraient-ils fatigués ? Les deux candidats étaient sélectionnés d’office. Les milliardaires ont créé ce duel, ou plutôt ce duo. Pourtant, avant le premier tour, un sondage mesurait que 80% des français et françaises ne voulaient pas d’un second tour Macron-LePen. Lors des législatives, Le Pen a d’ailleurs appelé à donner à Macron une majorité au Parlement !

Le Pen monte sans avoir à faire le moindre effort. Pourquoi ? Grâce à l’hégémonie médiatique des idées d’extrême droite, depuis que les grandes chaînes de télé sont possédées par des milliardaires. Cette hégémonie libère une parole de plus en plus réactionnaire et entraîne ainsi une surenchère toujours plus à droite. Également par la validation de ses idées au sommet du pouvoir. Ce qui aurait semblé totalement raciste il y a 10 ans est aujourd’hui repris et appliqué par le gouvernement, ce qui normalise et conforte évidemment le RN. Et, enfin, par les attaques permanentes contre la gauche par le pouvoir et les médias. Pendant que la France Insoumise est qualifiée d’ultra-gauche, d’islamiste et même d’anti-républicaine quasiment tous les jours, le RN ramasse les points. Le “Front Républicain” des années 2000 excluait l’extrême droite. L’arc républicain proclamé par le gouvernement va désormais de Macron à Zemmour, excluant la gauche.

L’extrême droite est faite de nuances : Macron en fait partie. Il n’y a pas de différence de nature entre Macron, Meloni, Orban ou Le Pen. Seulement des niveaux d’intensité différents. La continuité logique de Macron, c’est le fascisme. La bourgeoisie radicalisée a fait son choix.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *