Stanislas : l’entre-soi des piscines


La «laïcité» et la «République» sont des concepts vides, qui ne servent plus qu’à stigmatiser les musulmans, les pauvres et les opposants. La preuve : les sénateurs vont patauger dans les piscines d’une école privée catholique, pointée depuis des années pour ses valeurs réactionnaires et intégristes.


Stanislas, c’est cet établissement scolaire d’extrême droite réservé à la grande bourgeoisie parisienne. On en entend beaucoup parler car l’éphémère Ministre de l’Éducation a eu le bon goût d’y scolariser ses rejetons. La devise de Stanislas laisse peu de place au doute sur l’idéologie qui y règne : «Français sans peur, chrétien sans reproche». On ne peut pas faire plus clair en terme «d’atteinte à la laïcité».

Depuis des années, des élèves et des journalistes dénoncent les idées misogynes diffusées dans cette école, la séparation des filles et des garçons, les discours anti-IVG, les cas de violences sexuelles, d’homophobie ou de mauvais traitements. Des inspecteurs de l’éducation ont aussi tiré la sonnette d’alarme… S’il s’agissait d’une école privée musulmane, elle serait immédiatement fermée, sa direction poursuivie et fichée S pour radicalisation et séparatisme. Chez Stanislas, c’est tout l’inverse.

Non seulement une Ministre y a scolarisé ses enfants, mais l’établissement est généreusement financé par l’argent public. Valérie Pécresse, qui gère la région Île-de-France et donc le budget des lycées, a décidé de donner des sommes colossales à Stanislas, allant bien au-delà des «obligations légales». La région a versé près de 1,8 million d’euros en 2023 au collège-lycée, offrant, en plus des «dotations de fonctionnement», des centaines de milliers d’euros de subventions bonus. Tout ça alors que les lycées publics tombent en ruines !

Stanislas ne manque pourtant pas de moyens. Situé dans l’un des quartiers les plus chics de Paris, c’est «une ville dans la ville», explique le site internet de l’établissement. On y trouve 7 gymnases et deux piscines, 21 laboratoires, 3 amphis, 2 murs d’escalade, une cantine haut de gamme, le tout sur 3 hectares. Un confort sans commune mesure avec les collèges et lycées défavorisés. Stanislas, c’est aussi 22 millions de chiffres d’affaires en 2022. Car oui, Stanislas n’est pas un établissement privé comme les autres : c’est carrément une entreprise visant à réaliser un profit !

Ces superbes infrastructures plaisent aux sénateurs. Un kilomètre seulement sépare le Sénat du collège Stanislas. Libération révèle que l’association sportive du Sénat a noué un partenariat avec l’école depuis environ deux ans : Stanislas prête sa piscine et son gymnase aux sénateurs du lundi au jeudi. Nos chers sénateurs ne peuvent pas aller dans des piscines municipales comme tout le monde, ils auraient trop peur de se tremper dans la même eau que les gueux. Il leur faut des piscines haut de gamme dans une école privée.

Rendez-vous compte : une institution législative composée d’élus de la République patauge dans les bassins de l’extrême droite religieuse. Oui, la «laïcité» version 2024 est décidément une arnaque totale.

Il faut dire qu’entre la bourgeoisie dirigeante et Stanislas, c’est presque une affaire de famille. L’école dispose d’une page Wikipédia très intéressante. Allez y jeter un coup d’œil, on y trouve la liste des célébrités qui y ont été scolarisées : aristocrates, acteurs célèbres, grands patrons, élus… Le fasciste Alain Soral, le Prince de Monaco, le Général de Gaulle, l’ancien ministre macroniste Blanquer, l’ancien patron de Libération Laurent Joffrin, la famille Bouygues, un grand nombre de sénateurs et de députés, de préfets, de militaires ont chauffé les bancs de cette école des élites.

Faire sa scolarité à Stanislas, c’est remplir son carnet de contacts pour le reste de sa vie et bénéficier d’un nombre incalculable de pistons et de réseaux au sein du grand capital et du pouvoir. Les sénateurs qui vont nager à Stanislas ont pour certains fréquenté cette école quand ils étaient enfants. Le monde de la bourgeoisie est un petit entre-soi.

Les bourgeois aiment les piscines, se baigner ensemble, entre bonnes personnes. Dans le même genre, il existe une piscine privée dans le 16ème arrondissement, celle du Lagardère Paris Racing, propriété du marchand d’armes Largardère. Chauffée à 29°C toute l’année, elle est fréquentée par le gratin de l’élite économique et politique parisienne. Pour y accéder, il faut être «membre» du club et s’acquitter «d’un droit d’entrée d’environ 7000 euros (le montant exact est «confidentiel») par adulte et d’environ 2500 euros par enfant (moins de 18 ans), sans compter la cotisation annuelle de «1800 euros par adulte, un peu moins de 6000 euros pour une famille avec deux enfants» selon le journal économique Les Echos.


Les riches ont fait sécession, ils ont leurs ghettos dorés et leurs piscines réservées. Du Sénat au Parlement, de Stanislas au club Lagardère, de BFM au Figaro : c’est le même monde doré qui reste en vase clos, méprise la plèbe et nage dans le même bain.


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

3 réflexions au sujet de « Stanislas : l’entre-soi des piscines »

  1. La mafia d’etat n’est qu’un épandeur à lisier au service du 1 à 5% (les riches) qui pourrissent la planète et les peuples, ce sont des parasites invasifs nageant dans un bain aux odeurs d’épuration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *