Le 7 avril : la mort de Toussaint Louverture


L’esclave révolté devenu celui qui a vaincu l’Empire


«En me renversant, on n’a abattu que le tronc de l’arbre de la liberté. Mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses.»

Le 7 avril 1803, il y a 221 ans jour pour jour, le révolutionnaire Noir Toussaint Louverture mourait dans un cachot glacé du Jura, après une vie de combats.

Toussaint Louverture naît esclave en 1743 en Haïti, sur l’île que l’on nommait alors Saint-Domingue, une colonie française des Antilles. Il est affranchi vers l’âge de 30 ans, dans ce territoire où les colons pratiquent l’esclavage de masse, sur une terre baignée de sang et de larmes depuis l’arrivée des européens.

Alors que la Révolution gronde en France métropolitaine, un soulèvement d’esclaves éclate en 1791. Des oppresseurs sont pris pour cible, l’île est en ébullition.

Toussaint Louverture fait alors preuve d’un sens tactique hors du commun et organise les révoltés de telle sorte qu’ils parviennent à remporter des victoires contre les armées françaises et espagnoles. Il doit probablement son nom aux «ouvertures» qu’il arrivait à percer dans les lignes ennemies. Un exploit inouï : ce qui n’aurait pu n’être qu’une sédition éphémère, vite écrasée, devient un événement qui marque l’Histoire.

Puis l’insurgé se rallie à la République, qui vient de décapiter le Roi en France. L’esclavage est aboli à Saint-Domingue, c’est la première grande révolte victorieuse contre le colonialisme de l’histoire. Toussaint Louverture et ses camarades ont vaincu l’un des plus grands empires de l’époque. Le 3 juillet 1801, Toussaint Louverture proclame l’autonomie d’Haïti.

Mais en France, la Révolution prend fin, et un petit militaire tyrannique, Napoléon Bonaparte, a volé le pouvoir et renversé la République. Il envoie ses troupes sur l’île, met fin à la Révolution haïtienne, rétablit l’esclavage et arrête Toussaint Louverture.

Ramené en France, celui qui était devenu gouverneur d’Haïti débarque à Brest avant d’être enfermé dans un fort lugubre dans le Jura. La cellule humide et glacée est destinée à briser physiquement et psychologiquement le combattant antillais, qui ne survit pas longtemps dans de telles conditions : il meurt en détention le 7 avril 1803, sans avoir pu connaître la proclamation officielle de l’indépendance d’Haïti, le 1er janvier 1804.

Car dans son pays d’origine, la guerre a repris, et les troupes françaises ont été défaites pour de bon. Saint-Domingue prend définitivement le nom d’Haïti, «Ayiti» était le nom ancestral que lui donnaient les autochtones avant la colonisation. C’est la première République Noire du monde, et le premier État indépendant des Caraïbes.

L’Empire se vengera : Haïti est libre, mais devra payer une dette colossale à la France pendant des décennies – jusqu’en 1950 ! – ce qui l’empêche de se développer. Ce petit pays appauvri va aussi subir la domination des puissances voisines, en particulier des USA qui vont en faire une quasi-colonie au XXème siècle. Une série de dictateurs féroces et corrompus, généralement soumis au voisin états-Unien, se succèdent à la tête du pays.

Aujourd’hui, Haïti est toujours en proie à de graves troubles, après avoir subi une série de catastrophes naturelles et une misère insoutenable ainsi que des gouvernements fantoches. Comme si cette terre marquée au fer rouge continuait de porter en elle des souffrances inexpiables. Ces derniers mois, un ancien policier sanguinaire devenu chef de gang fait régner la terreur et veut renverser le président, et le pays est au bord de la guerre civile.

Pour autant, la mémoire de l’esclave affranchi devenu héros révolutionnaire reste vivante dans les esprits des opprimés et des anti-colonialistes du monde entier.


Comme le rappelle la vie de Toussaint Louverture, l’arbre de la liberté peut toujours repousser, et aucun Empire n’est invincible.


Gravure : Denis Alexandre Volozan, «Portrait équestre de François Dominique Toussaint dit Toussaint Louverture, sur son cheval Bel-Argent», vers 1800, à Saint-Domingue.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

2 réflexions au sujet de « Le 7 avril : la mort de Toussaint Louverture »

  1. Bonjour Contre Attaque, le New York times avait enquêté sur la dette organisée par la France avec l’aide de la banque CIC pour piller le peuple Haïtien. La tour Eiffel est née 86 ans après la mort du révolutionnaire Toussaint Louverture et au vu des éléments de l’histoire, l’argent qui a permis de construire ce monument parisien connu dans le monde entier, vient peut être en totalité ou en partie du peuple Haïtien qui l’a payé de ses larmes, de sa sueur et de son sang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *